Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/05/2012

Roger Adivèze rend hommage à Alain Cazalis, récemment décédé, ancien sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Alain Cazalis était âgé de soixante deux ans. Il laisse aujourd'hui un grand vide auprès de son épouse Martine, son fils Nicolas, son frère et toute sa famille, mais aussi au sein de la municipalité où il avait tissé des liens solides d'amitié.
L'église Saint-Germain était trop petite pour accueillir la foule des amis venus de tout le département. Le conseiller général, ainsi que les maires du canton et des alentours étaient présents ainsi que de nombreux artistes et musiciens.
Christophe Acco et son ami ont interpreté quelques morceaux de guitare sèche, instrument dont Alain Cazalis avait joué jadis avec talent dans un orchestre avec René et Fernand Grauby. Mélomane averti et dessinateur de talent, il était un véritable artiste doté d'une grande sensibilité. Le maire, avec des propos empreints d'une émotion forte, lui a rendu un vibrant hommage, retraçant ses fonctions d'instituteur, puis de directeur d'école locale : "Un enseignant apprécié pour ses qualités humaines", arrivé à Alairac en 1976.
Alain était un homme aux convictions profondes, un humaniste qui alliait à la fois la courtoisie, la dignité et une certaine forme d'élégance. Courageux et pudique, il a forcé notre admiration par la volonté de se battre contre sa maladie, assisté de façon admirable par son épouse Martine.
Responsable de la bibliothèque municipale, responsable départemental de l'association "Les Circulades" et président du festival "Le Printemps des notes" qui a une renommée départementale, Alain Cazalis a été un ardent défenseur, un militant de la culture en milieu rural, notamment. Pour lui rendre hommage, Alairac perpétuera son action, poursuivra la route culturelle qu'il a tracée. Aujourd'hui, c'est tout un village attristé qui mesure combien sa disparition est cruelle pour tous et combien il nous manque déjà.

Journal Midi Libre.
Roger Adivèze, maire d'Alairac, officier de la Légion d'honneur, sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne. 

Commentaires

Bonjour!

Sur invitation d'Alain Cazalis, j'allais dans sa classe évoquer mon ami Michel Maurette et parler de mon rêve d'écrire. A l'issue de l'intervention, un élève se leva et demanda la permission de lire une poésie écrite par son arrière-grand-père au cours de la Grande Guerre. Le lecteur s'appliqua. Le texte était d'une facture exceptionnelle. Lorsque l'enfant releva la tête, face à lui, appuyés au bureau du maître, Alain et moi ne dissimulions pas notre émotion: des larmes mouillaient nos regards. Tout autour, ses camarades séchaient aussi les “perles” qui coulaient de leurs yeux. J'évoque toujours l'anecdote avec autant de bonheur. Ce jour-là, l'aïeul devint un héros...

En d'autres occasions, grâce à Alain et bien sûr à Roger Adivèze, je présentais mon oeuvrette à Alairac, je déclamais des vers en compagnie de Paule Verdier... Nos soirées se terminaient dans la bonne humeur autour d'un verre ou d'un petit repas.

Jean Esparbié.

Écrit par : Jean Esparbié | 25/05/2012

Les commentaires sont fermés.