Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/08/2013

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Les phénomènes paranormaux, par Yves Lignon.

Les phénomènes paranormaux
Les Archives de l'Histoire
Yves Lignon
Editions Milan
Lignon - Phénomènes paranormaux.jpg
Ouvrage disponible chez l'auteur, aux éditions Milan, et consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Les hommes ont toujours considéré que les questions essentielles concernant leur destin, leurs rapports avec la nature, l'après-mort... étaient liées à des phénomènes dont la réalité semblait aussi incertaine que mystérieuse. En échappant au savoir de leur temps, certains faits, à la réalité apparemment indiscutable ont toujours servi de prétextes pour apporter des réponses à quelques-unes des angoisses humaines. De l'astrologie à la télépathie, des fantômes aux vies antérieures, les études expérimentales font le tri entre ce qui relève de la légende ou du charlatanisme et ce qui pourrait être l'expression de dons mal connus échappant encore à toute théorie. Cet ouvrage présente un bilan très large de l'exploitation scientifique des domaines qualifiés autrefois de surnaturels.

Mathématicien, Yves Lignon est maître de conférences honoraire à l'université de Toulouse-II. Il est l'auteur d'Enquêtes scientifiques au coeur de l'étrange (Papillon rouge, 2011).

13/08/2013

Découverte inédite d'un quartier de la ville : Quai Riquet, 20 août 1944, par Jean-Louis Bonnet, historien, sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

 Carcassonne - Académie - Réduit.jpg

 

QUAI RIQUET - 20 AOÛT 1944

L’académie des arts et des sciences de Carcassonne inaugure une série de visites et propose une découverte inédite des quartiers de la ville, ayant comme point d’ancrage une date-anniversaire ou un événement commémoratif s’y rapportant.

Depuis quelques années, le cortège officiel ne vient plus se recueillir devant la stèle du pont SNCF dressée par l’Union des Femmes Françaises, en raison de la gêne apportée à la circulation automobile.

Ainsi, le 20 août 2013, profitant des nombreux témoignages recueillis, l’historien Jean-Louis Bonnet retracera la fusillade de 21 personnes par une colonne de l’armée allemande en déroute.

Le rendez-vous est fixé sur la route Minervoise, devant le n° 1, à 17 heures.

jean-louis bonnet,découverte des quartiers,quai riquet,20 août 1944,20 août 2013
Compte-rendu de visite

L’Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne vient d’inaugurer une série de visites de la ville pour rappeler un événement marquant à sa date anniversaire. Autour de l’historien Jean-Louis Bonnet et du président Gérard Jean, une soixantaine de personnes rassemblées au début de la route Minervoise ont entendu rappeler le déroulement tragique du 20 août 1944 alors que les dernières troupes d’occupation fuyaient vers la Provence. Tandis que les FFI, prudents, recommandent de les laisser passer, des éléments de la XIe Panzer Division (4 à 500 hommes) traversent la ville ; des réactions personnelles inconsidérées et des répliques sauvages provoquent la violence sur le Quai Riquet en ce brûlant jour de dimanche d’août, vers 12 heures : des amoureux, des jeunes et des vieillards, un pêcheur, des passants, des ménagères et des habitants tirés de leur maison sont massacrés par les militaires allemands, la plupart d’origine asiatique. La concordance des témoignages exprimés par certains participants souligne l’acharnement des tireurs à la mitraillette qui font disparaître avec la cruauté des sévices vingt-une personnes. Leur liste figure sur le monument érigé sur place auprès duquel les présents ont respecté une minute de silence. Les autorités municipales de la ville avaient tenu à marquer leur solidarité et leur intérêt avec une forte représentation de conseillers élus : Mme Martinez, première adjointe, Mme Rivel, M. Garino et M. Fernandez adjoints, M. Roux.

 jean-louis bonnet,découverte des quartiers,quai riquet,20 août 1944,20 août 2013jean-louis bonnet,découverte des quartiers,quai riquet,20 août 1944,20 août 2013jean-louis bonnet,découverte des quartiers,quai riquet,20 août 1944,20 août 2013
De gauche à droite : M. Gérard Jean, M. Charles Brun, M. Jean-Louis Bonnet.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Antoine Metgé, 1795-1871, par Paul Tirand.

Antoine Metgé (1795 - 1871)
Itinéraire d'un saint simonien de Castelnaudary
Paul Tirand

150 pages - 8 illustrations
15 € + 3 € de frais de port.
Carcassonne - Académie - Réduit.jpg

Le groupe saint-simonien de Castelnaudary a réuni, dans les années 1830, quelques hommes remarquables, injustement oubliés. Antoine Metgé est l’un d’eux.
Né en Espagne d’un père parti combattre dans les armées de la Révolution, militant de la Charbonnerie pendant ses études universitaires à Toulouse, fervent adepte du saint-simonisme, exclu de l’enseignement pour avoir professé une doctrine abominable, proche du Père Enfantin avec lequel il échange une correspondance passionnante, féministe dans le sillage de Suzanne Voilquin, la plus célèbre des saint-simoniennes, qu’il reçoit à Castelnaudary, intéressé par la colonisation de l’Algérie où il fait en 1854 un voyage d’étude qui le mène en quelques mois d’Alger à Tlemcem et dont il nous a laissé un compte rendu détaillé, tableau précis et pittoresque de ce territoire dans les premières années de la conquête, telles ont été les grandes étapes de la vie mouvementée d’Antoine Metgé, mort dans la misère à Castelnaudary.
Cette biographie est l’occasion de découvrir une personnalité soucieuse de progrès humain, porteuse d’un message qui reste d’actualité. Si Antoine Metgé est représentatif du foisonnement idéologique qui a marqué ce siècle, son parcours est néanmoins inséparable de l’histoire de Castelnaudary et du Lauragais. 

Paul Tirand s’intéresse, tant au plan local que national, à l’histoire politique et sociale du XIXe siècle, notamment au saint-simonisme et à la Commune de 1871. Il a participé à des colloques traitant de ces thèmes et écrit des ouvrages sur cette période.

 antoine metgé,1795-1871,paul tirand,castelnaudary,saint simonien
Ouvrage disponible chez l'auteur, consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Félix Armand et son temps, par le Professeur Louis Cardaillac.

Félix Armand et son temps
Un siècle d'histoire dans les Pyrénées Audoises
(1740-1840)
Louis CardaillacCardaillac-Armand.jpg
Ouvrage disponible chez l'auteur et consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

La vie de Félix Armand (1742-1823) se déroule en Pays d'Oc, dans les Pyrénées Audoises. L'auteur situe son personnage en son temps, jetant ainsi un éclairage nouveau sur les principales circonstances qui ont entouré son existence.
Prêtre de l'ancien diocèse d'Alet, Félix Armand affronta, encore jeune, la toourmente révolutionnaire : en 1792, il s'exile avec son évêque et une quinzaine de ses collègues dans une ville catalane, Sabadell, proche de Barcelone. Son exil dura quatre ans.
Au total, il resta curé de sa paroisse de Saint-Martin-Lys durant quarante-neuf ans. Son ambition paraît insensée : il prétend désenclaver son village en perçant un défilé dans ces montagnes qui l'isolent et le maintiennent dans un état proche de la misère. Le prêtre, avec l'aide de ses paroissiens, vaincra tous les obstacles. Nous avons donc là une entreprise fascinante, une épopée vécue au jour le jour qui, finalement, libéra une poignée d'hommes et de femmes aux prises avec un destin contraire. C'est aussi l'histoire d'un homme de foi qui, à force d'obstination, réussit à concrétiser le projet de sa vie. Il ne se doutait pas qu'après l'avoir mené à son terme, s'ensuivraient des conséquences bénéfiques pour l'ensemble de la région. L'ouverture de cette nouvelle voie de communication, la Pierre-Lys, allait être en effet, l'élément moteur dans la construction d'un nouveau réseau de routes qui, rapprochant les gens, allait améliorer les conditions de vie de tous.

Louis Cardaillac est né à Quillan (Aude) en 1933. Agrégé de l'Université, docteur ès lettres, il est professeur émérite del'Université Paul Valéry de Montpellier. Au cours de sa vie professionnelle, en tant qu'enseignant-chercheur, il s'est beaucoup déplacé entre trois continents : Europe (Toulouse, Montpellier, Salamanque), Afrique (Abidjan, Alger, Fès, Tunis) et Amérique (Mexico, Guadalajara, Zapopan). Il a actuellement jeté l'ancre dans une ville coloniale mexicaine, Cuernavaca, capitale de l'Etat de Morelos.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : L'Aude en 200 questions, par Martial Andrieu.

L'Aude en 200 questions
Martial Andrieu
Editions Sutton
2013

Aude en 200 questions.jpgAude en 200 questions2.jpg
Ouvrage disponible aux Editions Sutton et dans toutes les bonnes librairies.
15 €
Ce livre est consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Jean Girou, dans son itinéraire en terre d'Aude paru en 1936, semble avoir durablement marqué de son empreinte les voyages poétiques, ésotériques et épiques au sein de notre département. Loin de revendiquer un quelconque héritage, nous avons voulu d'une manière ludique accompagner nos futurs lecteurs et les guider vers l'indicible richesse de notre patrimoine historique, géologique, culinaire ou encore artistique.
Du Lauragais aux confins du massif des Corbières, les lumières et les hommes se forment et se déforment tel un kaléidoscope dont la mémoire de l'hérésie cathare semble être le catalyseur. Les "Bons hommes" à la robe de lin blanc hantent encore, tels des fantômes, les soirées au coin de l'âtre où tant de légendes sont nées.
Eh ! Visiteur estranger, soit le bienvenu mais n'oublie pas que les chants d'Occitanie rythment pour toujours le coeur des Audois. Ils sont fiers de ce qu'ils sont et, dans la communion des hommes libres, ils te réservent une place à leurs côtés.