Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/10/2013

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : deux nouveaux ouvrages de Jean Esparbié, L'Arbre bleu et Minuscules.

Deux d’un coup pour Jean Esparbié !

En cette rentrée littéraire, en faisant attendre un roman, Jean Esparbié propose deux recueils : L'Arbre bleu et Minuscules  parus aux éditions Acala.
Les textes de L'Arbre bleu se lisent selon l'ordre chronologique commun à tout ouvrage ou en fonction d'un choix particulier dicté d'après les titres des récits. En prose ou en vers, les sujets traités évoluent en tenant compte de l'âge de la muse cachée dans le feuillage de la plante aux dimensions imaginaires. Un parent attentionné racontera une “histoire” avant le câlin au coucher du descendant adoré. Un enfant poursuivra l'apprentissage de la lecture en ânonnant les lignes sur les ballons, la grenouille Crapinette, des hirondeaux. Grandet, il découvrira l'école primaire d'autrefois, il entrera dans la Cité de Carcassonne, il approchera des personnages historiques. Enfin, il ouvrira la porte du bureau de l'aïeul - comme Marine, la fillette omniprésente dans ce livre -, il regardera des animaux, il s'attardera auprès du charretier de la campagne Les Mille Épis sur les terres du Lauragais. Quant à l'aîné, au fil des pages, il éveillera en lui des souvenirs, il se laissera aller à des rêveries, il cueillera des fleurs champêtres afin d'emplir son cœur de parfums enfantins...
En traversant les décennies, au pas lent du laboureur d'antan, Jean Esparbié creuse de longs sillons dans lesquels en témoin enclin d'humanité, il sème des graines de réalité et de rêve. Le vent capricieux de l'esprit, le souffle doux de l'âme guident ses regards attentifs sur les êtres les plus divers de la société. Il décrit des pans de leur vie avec sincérité, justesse, pudeur, humour parfois, d'un style simple quoique ciselé. Rassemblés sous le titre de Minuscules parce que courts, les cinquante chroniques de ce recueil dénotent la volonté de l'auteur - secrétaire de l'Univers - d'apporter sa contribution à l'enrichissement de la mémoire collective de son temps. On lira ainsi des lignes sur le mas del Faitg où l'ami Michel Maurette - l'écrivain-paysan - vint au monde, une farce aux agents, un mécano, la galanterie française,  l'eau et le vin, une parade, un canari, un mécénat, la gloire du grand cassoulet, une Cucugnanaise,  la Baronne, la pince monseigneur, une revendication, une capote, un bond de géant, un havre, une poétesse bien connue en terre audoise...

 

Esparbié-Minuscules.jpgOuvrage disponible chez l'auteur (Tél. 04.68.47.08.07).
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

 

Jean Esparbié
"L'écriture toujours"


 

"Le cers violent et froid rabattait les épaisses fumées qui rampaient vers la campagne proche de la petite ville du Lauragais. Les yeux encore mi-clos malgré l'heure déjà avancée de ce premier jour de l'an, les gens trottinaient pour aller présenter leurs vœux aux parents, amis et voisins... quand trois coups retentirent au clocher de la collégiale Saint-Michel, je poussai mon premier cri. “Comme prévu : un mâle!” s'exclama l'oncle Eugène." 

Jean Esparbié relata ainsi sa naissance dans Les Matins resplendissants - livre de souvenirs publié par L'Amitié par le livre en 1992. De "sa" ville de Castelnaudary, du Lauragais de son enfance, il ramena des récits divers, simples, réalistes.

Dans Les Vertes années - paru aux éditions Acala en 2006, Jean Esparbié rapporta des anecdotes du collège de Carcassonne. On relèvera entre autres celles concernant Claude Marti-le chanteur occitan-et Max Savy-le peintre renommé. On retiendra particulièrement la leçon déterminante de monsieur Georges Bruyère-le dévoué professeur d'espagnol. Il dit quelques mots sur François-Paul Alibert, Gaston Bonheur, Joë Bousquet, Joseph Delteil, Jean Lebrau, Michel Maurette. Jean Esparbié caressa le rêve de rencontrer celui-ci. L'amitié dura jusqu'à la mort de l'écrivain-paysan à qui Jean Esparbié consacra de nombreux articles parus dans la presse et deux études : Du Sillon à la ligne en 1989 (publiée avec le concours du Conseil général de l'Aude) et Le Rêve du laboureur en 2005 aux éditions Acala. Michel Maurette, dit Jean Esparbié, "travaillait la terre et cultivait la poésie".

Avec Le Lapin blanc, aux éditions Acala en 2005, Jean Esparbié s'adresse aux lecteurs à partir des balbutiements de la lecture. "Cette nuit-là, le vent fripon épousa la lune fantasque au milieu d'un long cortège d'étoiles scintillantes et, de cette hyménée, naquit un magnifique lapin blanc qu'une large salopette habilla convenablement."

Jean Esparbié rassembla des poèmes en 2007, aux éditions Acala, dans Portes et Fenêtres. Henri Heinemann-lauréat de la Société des poètes français-en signa la préface en rendant hommage à "un poète cultivé, sensible et talentueux". L'auteur  lit ses textes au cours de rencontres poétiques, d'après-midi ou de soirées récréatives. Dans sa Lettre à Marine il écrit notamment :


 

" Au miroir du regard je devine ton âme

Dans un écrin d'amour que les oiseaux des cieux

Tissèrent pour toujours à l'abri de la trame

Dont le feu ravageur brûle déjà mes yeux."


 

En 2009, au éditions Acala, Jean Esparbié publia La Fille du vent. Par ce roman, il s'intéressa à Flore, la fifille née de la communion de ses parents adoptifs. Dans un pays d'Asie, en s'élevant dans la nuit face à une guirlande d'étoiles, l'avion sembla creuser un sillon droit, profond, long, entre le passé obscur, malheureux, dangereux de Flore et son avenir pour lequel ses ascendants de cœur chérissaient de magnifiques espérances. Flore devenait leur fille, le fruit merveilleux de l'amour.

En 2011, aux éditions Acala, Jean Esparbié donna Les Fruits de la terre. Dans ce roman, il relate la vie d'un paysan, né au mois de mai 1915 à l'Emboyer - une ferme située dans le Tarn. D'une exploitation à une autre, jusqu'au domaine de la Fontasse, près de Bram, en terre audoise, à la ronde des saisons, Armand Lautrec excita partout l'admiration. S'il endura bien des souffrances, il se montra toujours simple, courageux, vaillant, déterminé, responsable, aimable. Il sema des graines de vérité pure dans le terreau de la noblesse de l'amour.
En 2013, aux éditions Acala, Jean Esparbié prit des textes en prose ou en vers et les livra à ses lecteurs sous le titre L'Arbre bleu. Là, les sujets traités évoluent en tenant compte de l'âge de la muse cachée dans le feuillage de la plante aux dimensions imaginaires. Un parent attentionné racontera une de ces “histoires” avant le câlin au coucher du descendant adoré. Un enfant poursuivra l'apprentissage de la lecture en ânonnant. Grandet, il découvrira d'autres univers avant de pousser la porte du bureau de l'aïeul, comme Marine, la fillette omniprésente dans ce recueil.

En 2013 toujours,  avec Minuscules, Jean Esparbié montra les longs sillons dans lesquels en témoin de l'humanité, il avait semé des graines de réalité et de rêve. Les cinquante textes de cet ouvrage dénotèrent la volonté de l'auteur - un véritable secrétaire de l'Univers - d'apporter sa contribution à l'enrichissement de la mémoire collective de son temps. On découvrira des pans de la vie des êtres les plus divers de la société, ceci avec une écriture juste, pudique, amusante parfois, d'un style simple quoique ciselé. Jean Esparbié se définit comme un militant de l'écriture.

Esparbié-Arbre bleu.jpgOuvrage disponible chez l'auteur (Tél. 04.68.47.08.07).
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Les commentaires sont fermés.