Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/04/2014

Félicitations à Rachel Hüwel, sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, élevée au grade de Docteur en Histoire de l'Art.

 Rachel Hüwel, Docteur en Histoire de l'Art.

Notre collègue émérite Rachel Hüwel, élevée au grade de Docteur en Histoire de l'Art, a soutenu publiquement sa thèse le 20 janvier 2014, à l'Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Elle a obtenu la mention très honorable avec les félicitations unanimes du jury pour une "Nouvelle approche iconologique de l'œuvre de Max Ernst à partir du tournant de la Grande Guerre".
La Grande Guerre est l’axe autour duquel s’articule la thèse qui comprend 7 volumes de 3835 pages. La fouille minutieuse du substrat langagier des images de l’artiste a mis au jour des strates sémantiques calquées sur le vocabulaire visuel et textuel de la Grande Guerre, en particulier le langage argotique des tranchées. Le nouvel angle d’approche permet la compréhension d’un langage polysémique et d’une imagerie hallucinatoire à l’effet surréalisant. L’amitié avec Joë Bousquet, le mutilé de guerre, frappé par une balle allemande le 27 mai 1918, le soir de l’attaque du chemin des Dames dans laquelle Max Ernst est impliqué, ravivera sans cesse la douloureuse mémoire de l’ancien artilleur. Les deux frères d’armes entretiendront une intense correspondance.
Le corpus proprement dit de la thèse se déroule en trois parties comprenant en deux temps l’approche herméneutique et dans un troisième temps une étude de cas avec la genèse du livre illustré par Max Ernst de Joë Bousquet Partition qui comprenait une version anglaise portant le titre Fullscore. La thèse interroge le moment du « retour » puis la manière dont se met en place le « grand récit » de l’artiste allant de la leçon de choses aux visions d’apocalypse ; l’analyse nous ouvre les pages d’un important glossaire qui nous dévoile les arborescences scéniques à partir d’un matériau inédit conséquent. Un troisième pan est consacré au livre jamais paru de Partition de Joë Bousquet illustré par Max Ernst et à sa version écourtée qui contient l’ex-libris de l’artiste, ainsi qu´à la lecture des idéogrammes que sont les collages de l´artiste pour l´ouvrage à partir de sources inédites. La documentation en annexe propose dans les volumes 3/4/5 un catalogue complet du matériau initial prélevé par Max Ernst pour ses retouches, collages et collages peints, dans les volumes 6/7 le parcours croisé de Joë Bousquet et Max Ernst sous forme de chronique de 1891 à 1950, ainsi qu’un inventaire actualisé de la collection d’œuvres d’art de Joë Bousquet dans laquelle Max Ernst tient la plus grande place. On trouvera entre autres dans les sources, indexés par ordre chronologique, la bibliographie de Joë Bousquet et le corpus de sa correspondance incluant l’échange épistolaire avec Max Ernst dont le courrier autographe de Joë Bousquet à Max Ernst provenant de Dorothea Tanning, la veuve de Max Ernst, déposé dans les archives de l´auteur.
 

académie des arts et des sciences de carcassonne,soutenance de thèse,20 janvier 2014,doctorat en histoire de l'art
Rachel Hüwel relisant sa thèse de doctorat à son retour de l'imprimerie.

Commentaires

Félicitations à Mme Hüwel!
Il y a , me semble-t-il une erreur dans le nom de la thèse; la thèse d'Etat a disparu depuis plus de 20 ans et il s'agit sans doute d'une thèse de l'université de Paris-ouest-Nanterre. Cela n'enlève rien à son mérite.
un membre éloigné: Marc Bouyssou

Écrit par : marc Bouyssou | 05/04/2014

Les commentaires sont fermés.