Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/12/2014

En guise de voeux, le sonnet philosophique d'Henri Callat, sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Toussaint.jpg

Explication de texte interdisciplinaire

Interprétation philosophique de mon sonnet

Toussaint à contre-sens !

 

Je pense avec mes morts l’éternité pensante  

La préposition « avec » au lieu de « à » usuellement utilisée n’est pas ici une simple nuance : c’est un paradigme ! On y reconnaîtra les notions de « non-séparabilité », de « non localité », de « non individualité », propres à la physique quantique.

Une phrase de Bernard d’Espagnat (« Candide et le physicien », p. 260) traduit parfaitement tout cela : « … en tant qu’objet de science la réalité physique est un phénomène auquel l’action et l’expérience humaines sont inhérentes. »

Wittgenstein précisera : « On peut énoncer quelque chose comme ce qui se passe dans le monde, mais non sur le monde comme ce dans quoi il se passe quelque chose. »

En clair, le « face à face » classique entre le sujet et l’objet perd toute signification lorsqu’il s’agit d’un « objet » quantique. Je suis en quelque sorte ontologiquement lié à cet objet.

« Avec celui que nous aimons nous avons cessé de parler, mais ce n’est pas le silence » (René Char)

 

Souvenir épuisé jeune métaphysique  

 

Commémorations, cérémonies, réminiscences, s’en trouvent radicalement relativisées au profit d’une nouvelle métaphysique : celle-ci n’évoque plus un « être », une « substance », une réalité « en soi »,-l’ « objet » quantique me l’interdit -  mais essentiellement une relation, un lien avec une  « réalité » dont la nature et la signification sont devenues secondaires.

« Je suis les liens que je tisse avec tout ce qui m’entoure », écrit Albert Jacquard.

Encore Wiitgenstein : « Dis-moi comment tu cherches, je te dirai ce que tu cherches. »

 

J’ai retrouvé l’éclair de ta mathématique  

 

Ici allusion au formalisme mathématique ultrasophistiqué de la physique quantique. Rien à voir avec celle enseignée dans les écoles. J’essaie , en imagination, de me mettre à la place du mathématicien qui a sur nous tous le privilège de « pratiquer » le monde quantique et d’en saisir techniquement toute l’étrangeté.

 

Et la lumière en moi de ma nuit finissante  

 

Peut-être, pour employer une expression d’Etienne Klein, une « découverte philosophique négative » qui m’oblige, face à une réalité que j’ignorais jusqu’ici, à inventer de nouveaux concepts, à métamorphoser les anciens…

 

Ô trompeuse Mémoire et mensonges des sens  

 

Reprise de l’expression « Souvenir épuisé »du deuxième vers.

L’étrangeté des concepts quantiques, c'est-à-dire leur caractère non intuitif, relativise radicalement les idées classiques que nous nous faisons des choses au point de nous émerveiller de leur métamorphose !

Ô trompeuse Mémoire… » comme je suis heureux de la disparition de la majuscule qui la figeait dans un passé immuable !...

 

Où s’écroule à jamais mon ancienne physique  

 

… c'est-à-dire les concepts qui structuraient la science newtonienne . Etienne Klein , à l’occasion de la découverte du boson de Higgs, n’hésite pas à parler de « la fin d’un monde » ( « Le Monde selon Etienne Klein », p. 61).

 

Dans le ciel éclatant de ma raison quantique  

 

Il est maintenant évident que le type de rationalité qu’implique la physique quantique est radicalement différent du type de rationalité classique. Qu’un « objet » puisse se trouver en même temps ici et dans un autre lieu de l’Univers n’a aucun sens pour la rationalité usuelle dominée par les trois principes d’identité, du tiers exclu et de la raison suffisante.

 

Devenue paradoxe éternel contre-sens  

 

Reprise de l’idée exprimée dans le vers précédent

 

Je ne me souviens plus d’avoir quelque origine

Je me réfère ici à Albert Jacquard (« Le Monde s’est-il fait tout seul », p. 110) : « … considérons mon propre temps jacquardien. Il a un début pour les autres, mais pour moi ? Je peux aller le chercher ce début,  en remontant à ma naissance … Je vais me rapprocher de mon Big Bang à moi : la rencontre de l’ovule et du spermatozoïde qui m’ont constitué. Mais puis-je atteindre l’instant d’avant , qui n’a pas de sens pour moi ? Avant cette rencontre , le temps jacquardien n’avait pas d’existence. Par conséquent je n’ai pas d’instant créateur, je n’ai pas d’origine … tout d’un coup j’existais, c’est un événement qui a lieu dans le temps cosmique. Mais pour mon temps jacquardien ? Cet événement n’a pu avoir lieu. Car à l’instant zéro , le logarithme de mon âge ce n’est pas zéro, : le logarithme de zéro c’est moins l’infini. Et me voici , ayant retrouvé l’éternité dans le passé ! C’est bien plus beau que dans l’avenir ! Vous avez devant vous quelqu’un qui sort de l’éternité ! … Moi j’aime me noyer dans l’infini de mon logarithme . »

Ni sur quel horizon où le soleil s’incline

D’avoir jamais formé le concept de la fin

Continuons la démonstration d’Albert Jacquard (« Dieu ? p. 132) ; Il s’agit ici de la conscience.

« Au cœur de cette conscience personnelle, intime, je peux comprendre qu’une fin aura nécessairement lieu un jour et sera constatée par mon entourage… mais rien ne pourra jamais me démontrer que cette fin est atteinte , encore moins qu’elle est dépassée. Dans l’univers de ma conscience l’après moi ne peut exister ; ma conscience est pour elle-même éternelle… à condition de considérer non la durée mesurée par des événements cosmiques , mais celle que définit le cheminement de ma conscience. »

Albert Jacquard retrouve ici la fameuse expression de Spinoza : «  Sentimus experimurque nos oeternos esse » ( Nous sentons et nous expérimentons que nous sommes éternels »)

Ce que je voulais dire peut-être dans le premier vers de mon Sonnet en parlant d’ « éternité pensante » !

Moi qui suis rigoureux sans Lois sans Vérité

J’admire et m’émerveille hors de toute Beauté  

Ici c’est  Arthur Rimbaud que j’invoque (début d’ « Une saison en enfer ») :

« Un soir , j’ai assis la Beauté sur mes genoux . Et je l’ai trouvée amère. Et je l’ai injuriée. Je me suis armé contre la justice. Je me suis enfui. Ô sorcières, ô misère, ô haine, c’est à vous que mon trésor a été confié. »

Peut-on concevoir rupture plus complète – plus quantique ! – avec le réel quotidien ?

Toutes les majuscules s’effondrent, c'est-à-dire, j’y reviens, les  concepts même d’ « être » , de « substance » , de fondement dernier, de « dernière analyse » !

Avant Rimbaud il y avait eu Montaigne : « Le monde n’est qu’une branloire pérenne … Je ne puis assurer mon objet. Il va trouble et chancelant, d’une ivresse naturelle. Je le prends en ce point, comme il est, en l’instant que je m’amuse à lui. Je ne peins pas l’être. Je peins le passage … »

Ô Niels Bohr, ô Schrödinger, ô Paul Dirac, ô Heisenberg, ô Einstein lui-même, ne vous reconnaissais vous pas dans cette intuition première et géniale ?

Etre « rigoureux » malgré tous ces effacements de l’ « être » n’est-ce pas faire écho à l’équation de Schrödinger parfaitement rigoureuse dans sa forme, tout en intégrant probabilités, hasard et possibles … peut-être un peu comme mon Sonnet lui aussi rigoureux dans sa forme classique, mais inattendu dans le contenu, et dans la signification profonde ? 

Avec tous et partout j’existe et pense enfin  

Mais sur quoi donc est définie « la fonction d'onde » sinon sur la totalité de l'Univers ?

Qu'est-ce que je fais quand je procède à la fameuse « réduction du paquet d'onde » ? Si j'en crois les dernières nouvelles à ce sujet ( Everett), ce n'est pas seulement à l'Univers que je touche, mais au « multivers » dont mon action – ma mesure – révèlent l'existence !

Fantastique « agrandissement » du Monde et de ma pensée : « cieux au-delà des cieux , écrit Michel Cassé( « Du vide et de la création », p.209) . Il existe un au-delà matériel au-dessus des sources claires, sans chemin et sans étoile. Je forme ici le vœu que cette pure problématique d'ouverture entrebâillera la porte à une nouvelle forme de respect de « notre mère la beauté du monde ». Au terme de cette décréation l'homme intérieur se retrouve dehors. Etre dans le vide, c'est être chez soi. » 

Henri CALLAT

Les voeux de Roland Courteau, sénateur de l'Aude, à l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Voeux Roland Courteau.jpg

A toutes et à tous, bonne et heureuse année 2015 !

Voeux 2015-2.jpg

29/12/2014

Habiter les rêves, mieux qu'habiter un lieu ! Les voeux de Claude Caro pour l'année 2015.

Habiter les rêves, mieux qu'habiter un lieu !

Voeux Claude Caro.jpg

Les voeux d'Ekaterina Denisova... en français... depuis l'ancienne Russie !

Cher Monsieur Jean,
Chers Amis de l'Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne,
J'espère que vous allez bien. Je tiens à vous adresser mes meilleurs voeux pour Noël et pour le Nouvel An. Que les fêtes soient riches de joie et de gaiété, que la nouvelle année déborde de bonheur et de prospérité et que tous les voeux formulés deviennent réalité !

Voeux Ekaterina Denisova.jpg

Sinon que la parole... les voeux de Jean Esparbié !

En guise de carte de voeux pour l'année nouvelle, j'ose après plusieurs occasions offrir enfin aux miens ce texte écrit voici déjà longtemps. Certes, il s'écarte du sérieux habituel, cependant en cette période de morosité évidente, qu'il permette quelques sourires en pardonnant mon audace exceptionnelle.

 

Sinon que la parole.jpg

 * Le roseau, une expression du Languedoc afin de désigner le roseau bandant ou la carabenne du côté de Limoux, l'oisel (l'oiseau) et j'en passe des plus directes, bref chacun comprendra de quoi je veux parler s'agissant de l'anatomie.

11/12/2014

Info-Culture : Les conférences à venir du Musée des beaux-arts de Carcassonne.

Mercredi 14 janvier 2015, à 15 heures 30
Auditorium, ancienne chapelle du collège des Jésuites
Rue des Etudes à Carcassonne

Anne Réby
Conférencière nationale, historienne de l'art

"L'estampe et la gravure au XXe siècle"

La conférence, d'un grand intérêt, sera suivie à 17 heures,
de la cent soixante dix-huitième assemblée générale
de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.Musée-Conférences.jpg

Six nouveaux sociétaires, admis au sein de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, au cours de la séance du mercredi 10 décembre 2014.

Au cours de la séance mensuelle du mercredi 10 décembre 2014, ont été reçus sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne :

. Madame Arlette Bonnery-Moulin, ancienne fonctionnaire de la préfecture de l’Aude, retraitée du ministère de l’Intérieur, domiciliée : 37, rue Auguste Delaune à Carcassonne.

. Mademoiselle Caroline Hardy, étudiante, postulante en licence d’histoire à l’université de Grenoble, domiciliée dans l’Aude, à Palaja.

. Monsieur Maurice Marty, artisan menuisier, ébéniste, domicilié : 16, rue du Caïrat-Haut, à Trèbes.

. Madame Marie-Cécile Vélasco, aide-soignante, domiciliée : 16, rue du Caïrat-Haut, à Trèbes.

. Madame Françoise Bouichet, professeur de danse international, directrice du Centre chorégraphique Françoise Bouichet-Sawas fondé à Carcassonne, le 26 septembre 1965, domiciliée dans l’Aude : à Villedubert.

. Madame Isabelle Favaretto-Danigo, artiste peintre, directrice Développement Marketing et Commercial dans le domaine de la formation pour ingénieurs et cadres, domiciliée à Carcassonne : 1, Avenue Foch.

 académie des arts et des sciences de carcassonne,10 décembre 2014,arlette bonnery-moulin,caroline hardy,maurice marty,marie-cécile vélasco,françoise bouichet,françoise bouichet-sawas,isabelle favaretto-danigo
Madame Françoise Bouichet, professeur de danse international
Directrice du Centre chorégraphique carcassonnais Bouichet-Sawas.académie des arts et des sciences de carcassonne,10 décembre 2014,arlette bonnery-moulin,caroline hardy,maurice marty,marie-cécile vélasco,françoise bouichet,françoise bouichet-sawas,isabelle favaretto-danigo
Madame Isabelle Favaretto-Danigo.

Remise de décoration civique au lycéen Julien Llamas.

Llamas Julien1.jpg
Photographie : Journal L'Indépendant - Claude Boyer
Edition de Carcassonne, 10 décembre 2014.

Remise de décoration

Médaille du Bien et du Mérite à Julien Llamas

 

Julien,

Cher Ami,

Voyez-vous Julien ! À votre âge, à dix-sept ans, bien plus jeune même, une fille ou un garçon peut accomplir un acte de civisme vis-à-vis de la collectivité.

Ce peut être un élan spontané de courage, irréfléchi et souvent téméraire, lorsque l’on plonge par exemple dans les eaux glaciales du canal, pour en retirer au péril de sa vie, l’enfant turbulent qui vient d’échapper aux soins pourtant attentifs de sa mère.

Au contraire, l’acte de civisme peut être moins dangereux ; il est alors consciemment volontaire et préventif. C’est celui qui consiste à interdire à un nouvel élève de la classe de sixième, le jeu du foulard. C’est affronter la franche rigolade imbécile de ses camarades, pour lui expliquer qu’il ne reverra plus jamais ses parents, s’il persiste à se laisser étrangler pour connaître les douces sensations de la perte de conscience, celles qui ne pardonnent pas, celles qui font mourir pas asphyxie !

Vous auriez pu Julien, tout aussi bien empêcher votre copain de respirer le gaz d’un aérosol ; lui déconseiller de fumer ; dénoncer l’usage de la drogue dans quelques endroits de votre lycée ; signaler un conducteur ivre. C’est également cela, avoir l’esprit civique !  

Vous n’avez pas atteint l’âge majeur. L’âge qui paraît-il, permet d’être plus fort que tout. Vous êtes né le 4 mars 1997 à Narbonne. Vous êtes élève en classe de première au lycée Paul Sabatier de Carcassonne. L’année prochaine vous passerez avec succès, nous en sommes certains, les épreuves du baccalauréat littéraire.

Vous occupez vos loisirs en rendant service à la collectivité. Je remarque en vous une fibre introuvable et précieuse, celle du bénévolat associatif. Vous aimez l’informatique, les moyens modernes de communication, les réseaux sociaux, les projets audiovisuels que vous construisez pour la Ville de Carcassonne avec la Maison des jeunes et de la Culture.

Le mois dernier, le jeudi 6 novembre 2014, vous avez fait preuve d’un remarquable esprit citoyen, rare à votre âge, en manifestant un grand intérêt pour la préservation du patrimoine écrit de l’ancien lycée impérial de Carcassonne.

Lorsque vous avez alerté notre collègue Martial Andrieu, vous aviez déjà conscience de l’importance des documents qui avaient été placés par la direction de votre lycée, dans une benne de décharge publique. Vous avez préservé la confidentialité de certaines fiches contemporaines nominatives ;  vous nous avez permis, par votre heureuse initiative, d’alerter les services des Archives départementales de l’Aude, et ce faisant, vous avez sauvé de la destruction, par centaines, des pièces anciennes authentifiées, datant pour certaines du dix-neuvième siècle.

Les historiens de l’ancien lycée impérial de Carcassonne vous expriment leur reconnaissance. Les Archives départementales de l’Aude conserveront finalement pour les siècles et les siècles à venir, près de 80 % des feuillets et des registres qui allaient être détruits. L’Académie des arts et des sciences a surtout voulu sensibiliser une nouvelle fois l’opinion publique ; elle vous remercie, vous accueille et vous décore.

Julien Llamas,

En vertu des prérogatives qui nous ont été conférées, nous vous décernons un diplôme et la médaille civique du Bien et du Mérite, pour avoir défendu la culture et vous être dévoué de façon exemplaire au bénéfice de la collectivité. 

Gérard JEAN
2014.12.10

10/12/2014

Info-Culture : Le Centre Joë Bousquet et son Temps organise une rencontre avec le poète Paul Pugnaud, le samedi 13 décembre 2014.

Le Centre Joë Bousquet et son Temps
accueille : Paul Pugnaud, 50 ans de poésie.
Avec la participation de Sylvie Pugnaud, Bernard Revel,
le poète-écrivain Frédéric-Jacques Temple,
l'éditeur Olivier Rougerie.
Samedi 13 décembre 2014, à 15 heures 30Pugnaud Paul1.jpgPugnaud Paul2.jpg

 

08/12/2014

Communication publique du mercredi 10 décembre 2014, par Auguste Armengaud et Jean Fourié : "Les moyens de transport dans la vallée de l'Aude".

L'Académie des arts et des sciences de Carcassonne,
son président,
vous invitent à honorer de votre présence
la communication publique, libre et gratuite,
qui sera donnée le :
Mercredi 10 décembre 2014, à 17 heures :
par
Auguste Armengaud et Jean Fourié
Sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne

"Les moyens de transport dans la vallée de l'Aude"

dans la salle habituelle des séances
Auditorium - Chapelle de l'ancien collège des Jésuites
Rue des Etudes à Carcassonne
Contact : academie.carcassonne@wanadoo.fr
Tél. 06.62.39.70.222014.12.10 - Invitation communication Armengaud.jpg

Résumé : On pourrait donner à cette communication le sous-titre suivant : Du carras à l’électricité en passant par les routes et le chemin de Âge et concerne ce que l’on dénomme aujourd’hui la filière bois (scieries, menuiseries, fours, mines, chantiers navals, etc.), du lieu de production jusqu’à la livraison par voies d’eau (radellerie et péniches) aux portes de Narbonne par le canal du Midi. L’ouverture en 1878 de la voie ferrée Carcassonne-Quillan, puis son prolongement en 1904 jusqu’à Rivesaltes, portera un coup fatal à ces pratiques de transport auxquelles succéda, dans les années 1930, le convoyage par camion automobile. 
L’arrivée de la force électrique en 1891, dont le pionnier n’est autre que l’ingénieur Joachim Estrade (1857-1936,) permit à l’industrie chapelière, première industrie du département qui emploiera plus de 4200 personnes en 1930, de se moderniser et d’intensifier sa production. La ville de Quillan qui a possédé sa propre usine d’énergie électrique (régie toujours en place actuellement) fut le 28 juin 1891 la première commune du département de l’Aude à être dotée de l’éclairage public. 
Cette communication sera illustrée de photos et de cartes postales anciennes qui seront abondamment commentées.  

académie des arts et des sciences de carcassonne,auguste armengaud,jean fourié,10 décembre 2014,moyens de transport,vallée de l'audeacadémie des arts et des sciences de carcassonne,auguste armengaud,jean fourié,10 décembre 2014,moyens de transport,vallée de l'audeacadémie des arts et des sciences de carcassonne,auguste armengaud,jean fourié,10 décembre 2014,moyens de transport,vallée de l'aude
Jean Fourié, président honoraire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
Photographie : J. L. Bonnet.académie des arts et des sciences de carcassonne,auguste armengaud,jean fourié,10 décembre 2014,moyens de transport,vallée de l'aude
Auguste Armengaud, vice-président ; Gérard Jean, président en exercice ;
Jean Fourié, président honoraire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
Photographie : J. L. Bonnet. 

Mercredi 10 décembre 2014, à 17 heures, remise de la médaille civique du Bien et du Mérite au lycéen Julien Llamas.

Llamas Julien.jpg

Info-Culture : Exposition à la Maison des Mémoires, Paul Pugnaud, Joë Bousquet, deux poètes, un éditeur : Rougerie.

Maison des Mémoires
53, rue de Verdun à Carcassonne
Vendredi 12 décembre 2014, à 18 heures
vernissage de l'exposition :
"Paul Pugnaud - Joë Bousquet"
Deux poètes, un éditeur : RougeriePugnaud Paul-Joë Bousquet1.jpgPugnaud Paul-Joë Bousquet2.jpg

Info-Culture : Les Archives départementales de l'Aude présentent le film "Fusillés pour l'exemple, Adieu la vie, Adieu l'amour.

Il est difficile de chiffrer le nombre des soldats français fusillés au cours de la Grande Guerre (500, selon Guy Pedroncini ; 600, selon Nicolas Offenstadt). La plupart le furent pour "abandon de poste en présence de l'ennemi" (formule englobant les mutilations volontaires). Contrairement à l'opinion communément répandue, les fusillés des mutineries de 1917 ne représentent que 10 % des fusillés de cette guerre.
C'est en 1914 qu'on fusilla le plus. Mêlant entretiens avec des historiens et extraits de carnets de guerre ou de correspondance de poilus, le documentaire évoque le destin de ces soldats inutilement sacrifiés. Le titre fait référence à La Chanson de Cranonne, connue pour avoir été entonnée par les soldats qui se sont mutinés après l'offensive meurtrière de la bataille du Chemin des Dames, en avril 1917.

Adieu la vie.jpg
Projection le mardi 16 décembre 2014, à 20 heures 30
Salle Gaston Defferre
Conseil général de l'Aude
Allée Raymond Courrière à Carcassonne

Inscription auprès des Archives départementales de l'Aude
41, Avenue Claude-Bernard, Plateau de Grazailles
11855  Carcassonne  Cedex 9
Tél. 04.68.11.31.54 - e. mail : archives@cg11.fr

Info-Culture : Présentation du livre sur le canton de Peyriac-Minervois, édité par Vilatges al Païs.

Le Président du Conseil général de l'Aude
Le Conseiller général du Canton de Peyriac-Minervois
Maire de Villeneuve-Minervois
René Martinolle
Président de Vilatges al Païs

ont le plaisir de vous inviter

à la présentation du livre
"Vilatges al Païs"
Canton de Peyriac-Minervois (Aude)

en présence des auteurs : Philippe Marcy et Myriam Joliveau

Lundi 8 décembre 2014, à 18 heures
Foyer de Peyriac-Minervois
Cette manifestation sera suivie d'un apéritif.Peyriac-Minervois1.jpgPeyriac-Minervois2.jpg