Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/01/2015

Trois nouveaux sociétaires, admis au sein de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, au cours de la séance du mercredi 14 janvier 2015.

Au cours de la séance mensuelle du mercredi 14 janvier 2015, trois personnalités du monde littéraire présentées par Jean Esparbié, ont été reçues sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne : Mme Michèle Chapuis-Maurette, qui n’est autre que la fille de notre ancien éminent confrère Michel Maurette ; M. Louis Ruiz ; et M. Germain Blanc-Delmas.

Michèle Chapuis-Maurette.
Elle offre régulièrement des textes rédigés, ou plutôt ciselés dans « l’amer » de l’existence. Elle les écrit sous la sage dictée de l’âme vibrante au secret du velours des ans, par l’encre divine de l’esprit habitué à ressentir l’intime profondeur des siens. Elle comble ainsi de souvenirs, de joies, de peines le « noir » de l’état qui l’obsède toujours, l’angoisse parfois, lui fait peur quelquefois. Elle se rappelle le père, venu du temps des loups. Elle chérit la mère qui voulait « exhorter la sève du printemps ». Elle écoute le vent. Elle se souvient du passé. Elle donna plus d’une dizaine de recueils dont : Images et Regards, Ombres et Lumières, Morceaux de vie.

Louis Ruiz.
Rien ne le préparait à la littérature. Il osa devenir un « esclave soumis » aux lois de la rime. Ses vers sortent de sa ténacité, se transforment en une « offense, un délit » et en une « insulte ». Les mots qu’il utilise reflètent un esprit sensible, un homme de cœur. Dès le matin, son âme prend l’envol pour des lieux inconnus afin de cueillir avec la fleur à peine éclose « quelques vers, surpris, encore à moitié nus ». Dans la Montagne Noire, Saissac d’où l’on admire la plaine du Carcassonnais au Lauragais, avec au fond les Pyrénées, compte un poète. Il publia notamment : La Retirada, Beauté crépusculaire, Le Prix d’un serment.

Germain Blanc-Delmas.
Il apprit à aimer le site de Rennes-le-Château grâce à ses parents dont le père fut le maire durant de nombreuses années. Germain Blanc-Delmas vécut les événements qui ont agité la population du village durant les années 1950-1960. Il dit avoir du mal à reconnaître la petite cité rendue si prisée par l’histoire de l’abbé Bérenger Saunière autour de l’église dédiée à Marie-Madeleine. Avec une infinie tendresse, il évoque dans ses écrits l’enfance, l’adolescence, la vie toute simple des paysans perturbés par les chercheurs du trésor du célèbre curé. Le sens poétique s’accorde au sérieux du passionné d’histoire qui donna : Chroniques sur Rennes-le-Château, le Crâne percé d’un trou.

Commentaires

Comme Michèle, Luis et Germain j'ai la passion pour assembler les mots dans un cadre naturaliste où le quatrain est ma forme d'expression

Peut-être un jour aurais-je l'honneur d'être cité au pied des remparts de la Cité dont papa vers 1930 parcourait les rues , la sacoche de facteur en bandoulière, pour apporter bonnes et mauvaises nouvelles

Pour ceux qui voudraient découvrir mes réalisations poétiques voici un lien pour ouvrir la porte de mon ami Marco, poète dans son valon de Marcillac en Aveyron :
http://www.laplumedemarco.fr/index.php?option=com_content&view=category&id=68&Itemid=330

Au plaisir d'échanger avec ceux qui aimeraient partager avec l'ARIÉ.....JOIE la passion de l'écriture

Bien Cordialement à tous et que le soleil de Carcassonne illuminr vos journées

Écrit par : PUJOL Guy | 29/01/2015

Les commentaires sont fermés.