Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/07/2015

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, écrivent et publient : Carnets de guerre de Jean Vaugien et Jean Albuy (1944), par Gauthier Langlois.

Carnets et lettres de guerre de Jean Vaugien et Jean Albouy (1944)

Jean Vaugien, Jean Albouy, Carnets et lettres de guerre. Campagnes d’Italie, de Provence et des Vosges (janvier-novembre 1944), édités par Gauthier Langlois. Éditions Lavauzelle, 2015.

Gauthier Langlois
35, impasse des Peupliers - 11620  Villemoustaussou
Tél. 06.06.47.80.62
gauthier.langlois1@laposte.net

Si le rôle de la Résistance française et du débarquement allié en Normandie dans les victoires contre les forces de l’Axe pendant la Seconde guerre mondiale sont bien connus, on a oublié le rôle de l’armée française reconstituée en 1943 en Afrique du Nord dans cette victoire. Pourtant c’est grâce à cette armée, qui s’est illustrée en Italie sous la direction du général Juin puis qui a participé à la libération de la France sous le commandement du général de Lattre, que la France a pris place parmi les vainqueurs de la 2e Guerre mondiale. Pour contribuer à combler cette lacune, je publie une série de documents exceptionnels issus des archives de ma famille. Il s’agit des Carnets de guerre de mon grand-père Jean Vaugien et de mon grand oncle Jean Albouy.

Langlois - Carnets et Lettres.jpgLanglois - Carnets et Lettres1.jpg
Format : 15,5 X 22, 234 pages, 22,30 €

Quand débute la Seconde Guerre mondiale, Jean Vaugien est un tout jeune officier à la tête d’un goum, une unité composée de berbères marocains. Il mène brillamment cette unité pendant les campagnes d’Italie, de Provence et des Vosges. Il y partage la vie rude et les combats de ces farouches goumiers qui ont joué un rôle décisif dans la prise de Monte Cassino. Puis, en Alsace, il rejoint l’État-major de la première Armée française où il devient aide de camp du général de Lattre de Tassigny, chef de cette armée. Séparé pendant plus d’un an de sa femme et de sa fille restées au Maroc, il éprouve le besoin de noter sur des carnets tout ce qu’il veut partager à son retour avec elles : ses joies, ses peines, les magnifiques paysages de l’Italie, les horreurs de la guerre, les évènements qu’il vit.
Son beau-frère, Jean Albouy, est lui aussi un jeune officier dans les goums. Dans les lettres qu’il envoie de France à sa famille restée au Maroc, il restitue le quotidien de la guerre, ses joies et ses peines.

Les commentaires sont fermés.