Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/09/2015

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Histoire et généalogie en Minervois, numéro 100, du mois de juin 2015.

HISTOIRE ET GENEALOGIE EN MINERVOIS
Spécial Minervois
numéro 100
Juin 2015 - Format 21 X 30, 108 pagesHistoire et Généalogie - 2015.06.jpg
Ouvrage disponible auprès de la société
Histoire et Généalogie en Minervois
22, rue Pontus de la Gardie - 11160  Caunes-Minervois
Présidente : Véronique Biberon - Tél. 06.73.76.17.45
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Sommaire

Histoire et Généalogie en Minervois : 25 ans d'activités
Véronique Biberon
A propos de l'ouvrage sur les croix du Minervois
Bernard Chabardès
Le château de Malves-en-Minervois
Martine Devin
Saint-Frichoux
Josette Pujol
Double tentative de meurtre
Le 24 mars 1911 à Aigues-Vives
Christophe Monié
Hymne Bagnolais
Virginie Pospisil Puente
Quelques vestiges archéologiques à Villarzel-Cabardès
Daniel-Pierre Cattaneo et Louis Guiraud
Laure-Minervois : histoire locale
Claude Journet et Jean-Louis Bonnet
Villegly / Vilaglin
Bernard Chabardès
La demeure du pareur - 1750-2015
Bernadette Chaix-Montpellier
L'église Saint-Martin de Trausse
Anne-Marie Pradal
Peyriac-Minervois - Des célébrités pas toujours connues ou reconnues localement
Danièle Storaï
Ascendance minervoise de Marie Barraillé
Véronique Biberon
La chapelle souterraine dans la rotonde romane heptagonale
Sainte-Marie de Rieux
Bernadette Taillefer-Rouanet
Les Massiac d'Azille
Marc Rieux
Le canal du Midi à La Redorte d'hier à aujourd'hui
Groupe occitan redortais
Jean et Odette Taffanel
Deux mailhacois au parcours hors du commun
Nadège Valla
Premier poste : Faveyrolles (13 habitants)
S. Combes
L'histoire de Saint-Jean-de-Minervois
Brigitte Régné-Grau
La colombe de lumière
Virginie Pospisil-Puente
Sortie à Minerve
Virginie Pospisil-Puente
Félines-Minervois / Félinas de Menerbes
Bernard Chabardès et Robert Marty
Cassagnoles
Bernard Chabardès
La Vierge en Majesté de Notre-Dame du Cros - Essai de datation
Jean Delmas
Lespinassière, village perché !
Bernard Chabardès et Jean-François Hébraud
Cabrespine d'hier et d'aujourd'hui
Bernard Chabardès, Jany Oulié et Yves Serrano
Castans et... le châtaignier
Rolland Bonnal et Bernard Chabardès
Le château de Citou - 1574-1760
Frédéric Février 

18/09/2015

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne animent les Journées européennes du Patrimoine.

Un peu partout en France
en Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées
dans le département de l'Aude,
52 sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
animent les Journées européennes du Patrimoine.

CARCASSONNE

Samedi 19 septembre 2015

Académie des arts et des sciences de Carcassonne
de 9 h. à 12 h.
Portes ouvertes
Vente de livres à prix très réduit

Marie-Noëlle Maynard
Musée des Beaux-Arts
de 10 h. à 18 h. - Exposition Raoul Dufy : "Tissus et Créations"

Marie-Chantal Ferriol
10 h. - Visite du trésor de Notre-Dame de l'Abbaye
Réservation au 04.68.77.71.68 ou au 06.71.51.62.86

Jean-Louis Bergnes
Basilique Saint-Nazaire et Saint-Celse
La Cité
de 14 h. 30 à 17 h.
Présentation et visite commentée du grand orgue 

Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Jean-Louis Bonnet
Auditorium - Ancienne chapelle du collège des Jésuites
Rue des Etudes
17 h. 30 - Conférence en vidéo-projection :
"Curieux destins de Carcassonnais"
(17e - 20e siècles)
académie des arts et des sciences de carcassonne,journées européennes du patrimoine,19 et 20 septembre 2015,marie-noëlle maynard,xavier cros-mayrevieille,isabelle chésa,claude seyte,marie-chantal ferriol,jean-louis bergnes,jean-louis bonnetacadémie des arts et des sciences de carcassonne,journées européennes du patrimoine,19 et 20 septembre 2015,marie-noëlle maynard,xavier cros-mayrevieille,isabelle chésa,claude seyte,marie-chantal ferriol,jean-louis bergnes,jean-louis bonnet
Photographies : Jean-Louis Bonnet.

Dimanche 20 septembre 2015

 Marie-Noëlle Maynard
Musée des Beaux-Arts
de 10 h. à 18 h. - Exposition Raoul Dufy : "Tissus et Créations"

Claude Seyte
10 h. 30 - 11 h. 15 - Eglise Saint-Vincent -  Concert du carillon
11 h. 15. - Eglise Saint-Vincent - Conférence sur l'art campanaire

Jean-Louis Bergnes
Basilique Saint-Nazaire et Saint-Celse
La Cité
de 14 h. 30 à 17 h.
Présentation et visite commentée du grand orgue 

Marie-Chantal Ferriol
14 h. 30 -  Visite du trésor de l'église Saint-Vincent
Réservation au 04.68.77.71.68 ou au 06.71.51.62.86

Ouverture au public des locaux du futur
centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine
Xavier Cros-Mayrevieille
14 h. 30 - Intervention de Xavier Cros-Mayrevieille,
fils d'Alain Cros-Mayrevieille, descendant de
Jean-Pierre Cros-Mayrevieille

Sur réservation, au 04.68.77.71.68 ou au 06.71.51.62.86

Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Jean-Louis Bonnet
Rendez-vous au jardin du Calvaire, en haut de la rue Voltaire
15 h. "Du bastion de la Tour grosse au bastion Montmorency"
Jean-Yves Tournié
"Bastion de Montmorency - Ancienne loge maçonnique"

Parcours commenté vers la place Davilla, l'ancienne rue Royale (rue de Verdun), les hôtels particuliers, le bastion Montmorency. Ancienne loge maçonnique.
Pour ce dernier bastion, accès réservé aux adhérents de l'Académie. Prévoir des chaussures montantes et une lampe de poche.
 
 

académie des arts et des sciences de carcassonne,journées européennes du patrimoine,19 et 20 septembre 2015,marie-noëlle maynard,xavier cros-mayrevieille,isabelle chésa,claude seyte,marie-chantal ferriol,jean-louis bergnes,jean-louis bonnet
Photographies : Gérard Jeanacadémie des arts et des sciences de carcassonne,journées européennes du patrimoine,19 et 20 septembre 2015,marie-noëlle maynard,xavier cros-mayrevieille,isabelle chésa,claude seyte,marie-chantal ferriol,jean-louis bergnes,jean-louis bonnet
Photographie offerte par : Alain Machelidon
Tél. 06.08.31.80.51
machphot@gmail.com
De gauche à droite : M. Jean-Louis Bonnet, conférencier ; Mme Sandrine Ducos, Maison de Retraite Korian Le Bastion ; Mme Arlette Bonnery ; M. Gérard Jean ; M. Jean-Yves Tournié, conférencier ; Mme Marie-Christine Bernard.
académie des arts et des sciences de carcassonne,journées européennes du patrimoine,19 et 20 septembre 2015,marie-noëlle maynard,xavier cros-mayrevieille,isabelle chésa,claude seyte,marie-chantal ferriol,jean-louis bergnes,jean-louis bonnetacadémie des arts et des sciences de carcassonne,journées européennes du patrimoine,19 et 20 septembre 2015,marie-noëlle maynard,xavier cros-mayrevieille,isabelle chésa,claude seyte,marie-chantal ferriol,jean-louis bergnes,jean-louis bonnetacadémie des arts et des sciences de carcassonne,journées européennes du patrimoine,19 et 20 septembre 2015,marie-noëlle maynard,xavier cros-mayrevieille,isabelle chésa,claude seyte,marie-chantal ferriol,jean-louis bergnes,jean-louis bonnetacadémie des arts et des sciences de carcassonne,journées européennes du patrimoine,19 et 20 septembre 2015,marie-noëlle maynard,xavier cros-mayrevieille,isabelle chésa,claude seyte,marie-chantal ferriol,jean-louis bergnes,jean-louis bonnet
Ouvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Marie-Chantal Ferriol
15 h. 30 -  Visite du trésor de la cathédrale Saint-Michel
Réservation au 04.68.77.71.68 ou au 06.71.51.62.86 

Ouverture au public des locaux du futur
centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine

Isabelle Chésa
15 h. 30 - Intervention d'Isabelle Chésa
1ère adjointe en charge de l'Urbanisme et du Patrimoine
Sur réservation, au 04.68.77.71.68 ou au 06.71.51.62.86

2015.09.19 - Journées Patrimoine.jpg

11/09/2015

Six nouveaux sociétaires, admis au sein de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, au cours de la séance du mercredi 9 septembre 2015.

Au cours de la séance mensuelle du mercredi 9 septembre 2015, ont été reçus sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, sur proposition de MM. Auguste Armengaud, Jean-Louis Bonnet, Jacques Blanco, Gérard Jean et Mme Sylvie David :Ÿ

 

* Monsieur Georges Aligant est actuellement retraité. Sa carrière professionnelle s’est essentiellement déroulée dans le milieu des sociétés de télévision, où il a exercé différents métiers techniques pour le téléfilm et le documentaire. En dernier temps il était intégré au sein d’équipes journalistiques. Il se passionne pour l’histoire, notamment pour celle du territoire de La Selve. Georges Aligant est domicilié sur la commune de Lafage, dans le département de l’Aude. Il est président-fondateur de l’association « Les amis de la chapelle de Cazazils » qui date du quartorzième siècle et qui est située au milieu des bois, au fond de l’ouest audois.

 

Aligant Georges - 2014.03.20 - La Dépêche.jpgPhotographie : La Dépêche du Midi.

 

* Monsieur Jean-François Vassal, gérant de l’Institut linguistique de Carcassonne, domicilié à la Cité, 11, rue Cros-Mayrevieille, titulaire d’un master en histoire médiévale, biographe spécialiste de Pierre de Voisins. Notre éminent ancien collègue Henri Charles Antoine Tort-Nouguès fut le parrain de Jean-François Vassal.  

 

* Monsieur Jean-Pierre Cassignol, professeur de sciences économiques à l’Institut agricole Saint-Joseph, domicilié Impasse de Naurouze, à Limoux.

 

* Monsieur Philippe Mariou, originaire de Couiza, en activité, agent technique employé par la ville de Carcassonne. Monsieur Mariou est l’auteur de trois ouvrages : Ma passion pour le VTT, son témoignage, celui d’un sportif qui a créé la Birado de Cazilhac où il réside actuellement ; Chroniques d’une France qui s’en va, entre réalité et fiction, nostalgie et humour ; Pleins et déliés de la belle époque, dans lequel il évoque la saga d’une famille parisienne au début du vingtième siècle.

 

Mariou Philippe - 2014.12.08 - Phil. Taka.jpg
Photographie : Philippe Taka.Mariou Philippe - 2014.09.07 - La Dépêche.jpg
Photographie : La Dépêche du Midi.

* Monsieur Jean-Pierre Pétermann, originaire de Montazels dans la haute-vallée de l’Aude, réside actuellement dans un village de la Haute-Garonne, à Auterive. Encore en activité, il exerce la profession d’infirmier diplômé d’État au sein des Hôpitaux de Toulouse. Il s’intéresse à l’histoire de Montazels ainsi qu’au dernier grand conflit mondial, principalement à l’occupation allemande dans notre département. M. Jean-Pierre Pétermann est secrétaire du Groupe de recherches archéologiques de Montségur présidé par  M. Jean-Luc Torecillas.   

* Madame Marguerite Druot, sous son nom de plume Christine Clairmont, est née à Cuxac-Cabardès, dans l’Aude, et elle poursuivit ses études secondaires au lycée de Jeunes Filles de Carcassonne. Professeur certifiée de Lettres, licenciée en Espagnol, elle n’exerce plus aujourd’hui sa profession ; elle est officier des Palmes Académiques et réside à Pamiers, dans l’Ariège. Son œuvre poétique et romanesque est considérable. En 1992, elle fonde l’Association de création artistique et littéraire de l’Ariège. Titulaire de soixante récompenses littéraires, elle a été proposée pour le prix Nobel de Littérature en l’an 2000. Madame Druot est déléguée de la Société des poètes français et fait partie de l’association « Lire et faire Lire ». En dehors de l’écriture, elle s’intéresse à la photographie et au cinéma en milieu scolaire.

 

Clairmont Christine - 2014.11.11 - La Dépêche.jpg
Photographie : La Dépêche du Midi.

10/09/2015

Gérard Jean reçoit la rosette d'officier de l'ordre des Arts et des Lettres.

République Française.jpg

académie des arts et des sciences de carcassonne,fleur pellerin,arrêté du 17 juillet 2015,officier,ordre des arts et des lettres

Madame Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, nomme par arrêté en date du 17 juillet 2015, Gérard Jean, officier de l'ordre des Arts et des Lettres.

Jean Gérard - 2011.04.14.jpg
Gérard Jean, président de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Henri Callat et Claude Caro, sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, ont animé le vingt-septième colloque interdisciplinaire de Carcassonne.

Temps des fraternités.jpg
Ouvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Au commencement était le Verbe... toulousain !
llya Prigogine, nouveau Prix Nobel, venait de cosigner, avec Isabelle Stengers, un ouvrage intitulé "La Nouvelle Alliance", sous-titré "Métamorphose de la science".
Notre aventure débutait : celle d'un groupe de professeurs de toutes disciplines ouvert à un public curieux de cette nouvelle alliance entre tous les savoirs annoncée dans l'ouvrage de Prigogine.
Aurions-nous déjà abordé, sans encore tout à fait le comprendre, les temps de la "reliance" et des fraternités ?
Cette première étape de notre existence fut celle de merveilleuses rencontres symbolisées notamment par les noms d'Edgar Morin et d'Albert Jacquard relayés par leurs interprètes du moment, Maurice Pasdeloup, Jacques Dousset et Roger Cavaillès notamment, les deux premiers ayant hélas ! aujourd'hui disparu.
Mais très vite nous avons compris que l'Université de Toulouse-le-Mirail constituait un espace trop étroit pour faire écho à l'enthousiasme suscité par des idées pour nous si nouvelles.
Et c'est Carcassonne qui, pour l'essentiel, hérita de la suite.
Vingt sept Colloques ponctuèrent, à travers les thèmes les plus divers, notre cheminement vers les nouveaux horizons intellectuels ouverts, un quart de siècle plus tôt, par l'ouvrage de Prigogine.
Dans cette pespective nous avons pu bénéficier de l'appui moral et financier d'une association culturelle locale, l'Adreuc. Il faut mentionner également tout l'intérêt porté à nos travaux par le Conseil général de l'Aude.
Collective fut notre initiative de départ, collective demeure la suite de notre aventure ; et tous ceux qui, localement, participent, avec un admirable dévouement, à l'organisation et aux succès de nos Colloques, se retrouveront bien sûr dans ce qualificatif. Ainsi chacun d'entre nous pourrait faire sienne cette remarque de Wittgenstein : "Je crois que je n'ai jamais inventé un chemin de pensée, mais qu'il m'a toujours été donné par quelqu'un d'autre... Ce que j'invente, ce sont de nouvelles comparaisons."

Henri Callat. 

 

Nouveaux locaux et projets pour l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Nouveaux locaux.jpg

06/09/2015

Communication publique du mercredi 9 septembre 2015, par Anne Brenon.

 académie des arts et des sciences de carcassonne,anne brenon,communication,mercredi 9 septembre 2015guilhem rafartacadémie des arts et des sciences de carcassonne,anne brenon,communication,mercredi 9 septembre 2015guilhem rafartacadémie des arts et des sciences de carcassonne,anne brenon,communication,mercredi 9 septembre 2015guilhem rafart
Photographies : Jean-Louis Bonnet

Séance de rentrée académique

Communication du mercredi 9 septembre 2015
Anne Brenon
"Comment un petit paysan de la Montagne-Noire devient un bon homme cathare
La jeunesse et la formation de Guilhem Rafart, de Roquefort,
(vers 1223-après 1282).2015.09.09 - Invitation Brenon Anne.jpgBrenon Anne1.jpg

« Comment un petit paysan de la montagne devient un hérétique »

« L’enfance cathare de Guilhem Rafart, de Roquefort »
(ca 1223 - après 1282)

À propos de la formation religieuse de base des bons hommes et bonnes femmes, les rituels cathares, consacrés aux liturgies du consolament, ne sont pas d’un grand secours. Les archives de l’Inquisition, par contre, malgré leur sècheresse judiciaire et pénitentielle, livrent parfois des échappées inattendues sur des parcours de croyants voire de religieux dissidents.

Grâce à cet outil, on tentera ici de reconstituer la genèse de la vocation d’un bon homme cathare d’origine paysanne, héros ordinaire de la société répressive du XIIIe siècle – Guilhem Rafart, du castrum de Roquefort, dans la Montagne Noire. Né vers 1223, ordonné sur le tard en 1273, capturé par l’Inquisition toulousaine et « converti de l’hérésie » en 1278, il est l’un des rares bons hommes passés aux aveux à évoquer son enfance. Cette véritable et surprenante « enfance cathare », qu’il vécut au moment du tournant répressif à grande échelle des années 1230, ne fut pas sans déterminer sa carrière de croyant militant puis sa périlleuse vocation religieuse.

 

Madame Anne Brenon, conservateur du patrimoine, archiviste-paléographe diplômée de l’École nationale des chartes ; diplômée en sciences religieuses de l’École des Hautes Études, domiciliée dans l’Ariège.

Madame Brenon a dirigé à Carcassonne le Centre national d’études cathares René-Nelli de 1982 à 1998.  Elle a été chargée de cours en histoire médiévale à l’université de Montpellier. Elle est docteur d’État en histoire et membre de la Société des historiens médiévistes.

Madame Brenon est la fondatrice de la revue Heresis, consacrée à l’étude du catharisme et l’auteur de très nombreux ouvrages qui font autorité. Elle est officier de l’ordre des Palmes académiques.  

Le photojournaliste Wilfrid Estève, originaire de Carcassonne, est fait chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres.

République Française.jpg
Arts et Lettres - Fond blanc.jpg

Par arrêté, en date du 17 juillet 2015, sur proposition de Mme Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, M. Wilfrid Estève est promu chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres. 

Estève Wilfrid - Portrait.jpg
Monsieur Wilfrid Estève, photojournaliste et producteur,
est notamment l'auteur d'un projet de formation universitaire
conduit avec M. Eric Sinatora, directeur du Graph,
sur le thème "Photojournalisme et écritures transmédias"
dont le cursus se déroule à Carcassonne.

Photojournaliste, spécialiste des nouveaux médias, enseignant, producteur, fondateur d'agences photo et d'un studio de création, la préoccupation de ce Carcassonnais hyperactif et multifacettes tourne autour de l'image et de son cœur: l'information.
Le photojournalisme en crise ? Wilfrid Estève ne supporte plus le rabâchage de cette antienne. «Et je ne suis pas optimiste hein ! ça fait sept ans qu'on a lancé Hans Lucas et ça marche bien. C'est du concret ça», dit-il en rythmant son propos du toc-toc de l'index sur la table du bar. Les baroudeurs de l'image et les agences baronnes qui prophétisent la fin de leurs métiers, criant misère et crise s'envasent eux-mêmes dans le bourbier. «Il n'y a jamais eu autant d'aides, de bourses, de prix pour l'image, de supports», s'enthousiasme-t-il. Oui, la révolution numérique bouleverse la donne, balaie les systèmes d'hier. Sur la forme. Pas sur le fond : «Le cœur du métier reste le même. C'est ce qu'il faut défendre : le contenu, l'angle, la vision d'auteur. Si ta série de photos n'est pas bonne, n'a rien à dire, le traitement n'y changera rien». Photojournaliste, photographe, enseignant, fondateur d'agences photos, producteur de webdocumentaires, défricheur de nouveaux regards, père de deux enfants : à 44 ans, ce Carcassonnais créatif qui a vécu et vit mille vies se définit multifacettes. Multifacettes rassemblées en «un». Ce «un» qui carbure irrémédiablement à l'info véhiculée par l'image. Laquelle peut à loisir, aujourd'hui, être augmentée, dépliée, nourrie de sons, habillée d'illustrations, modulée en fixe ou en mouvement. «Tu te rends compte des possibilités ? Comment tu peux creuser un sujet ?» et lui trouver une kyrielle de formes de la BD reportage, au documentaire TV, web ou cinoche, en passant par la presse magazine, les webs médias, le feuilleton radiophonique… Coordonner les énergies, organiser des équipes de professionnels autour d'un projet de reportage porté et réalisé par des journalistes, produire, décliner les formats et trouver les réseaux de diffusion adéquats : c'est là son activité de directeur artistique et éditorial du studio de création Hans Lucas. Pas question de brader la fabrication des sujets ou de lésiner sur les intervenants. «Tu ne vas pas demander au boucher de faire médecin ! Eh bien, l'info c'est pareil», rigole-t-il, persuadé qu'un contenu n'est jamais aussi pertinent que lorsqu'il est le fruit enrichi de compétences et regards divers, croisés et convergents, tous animés par la rigueur et la volonté d'informer.
Bingo ! En tant que producteur, il vient de rafler doublement la mise. Sur la forme avec le grand prix du jury du webTV festival de La Rochelle et sur le fond avec le prix Historia de l'inattendu pour la plateforme documentaire «La Nuit oubliée - 17 octobre 1961» qui lève le voile sur le massacre des Algériens à Paris par la police aux ordres du préfet Papon. «À La Rochelle, on a eu le prix devant les grosses locomotives comme Arte par exemple», glisse-t-il, un poil fiérot. Les prix… Sa page wikipédia regorge des récompenses qui jalonnent son parcours. Distinctions dont il parle sans vanité, sans une once revancharde et avec gratitude. Son besoin de reconnaissance, sa culture du doute, sa capacité à se remettre en question et à expérimenter étayent son trajet d'autodidacte qu'il ne masque pas, traînant un léger complexe. Rétrospectivement, celui qui a enseigné le photojournalisme à l'école des métiers de l'information (EMI) se dit qu'une bonne formation lui aurait facilité la tâche. Peut-être, peut-être pas. Sa passion pour le journalisme, sa pratique (ses pratiques), sa curiosité naturelle et son goût pour la pédagogie le poussent toujours à transmettre.
Il a couru la planète, couvert des conflits des Balkans à la Palestine, mais «il n'a pas pris la grosse tête», dit de lui Éric Sinatora, du GRAPh. Wilfrid Estève y a fait ses armes. Non pas de photographe mais d'assistant œuvrant au bon fonctionnement interne de l'asso. Gosse, il a su qu'il serait journaliste photographe : «Une évidence». Il se rappelle avoir baigné dans un univers d'images, déjà aux confins : son père, dessinateur industriel, dirigeait une boîte de grutier. Il avait 10 ans quand il est mort. Il loupe trois fois son bac. Collégien, il se fait virer du Bastion, atterrit à Chénier. «L'école, c'était pas mon truc ! La hiérarchie non plus… C'est toujours le cas !», se marre-t-il. Il passe par la case saisonnier à la Cité et l'aventure du filmage sur les plages de Gruissan. «C'est extrêmement formateur : tout dépend de ta façon d'aborder les gens pour faire tes photos, de ce que tu es à ce moment-là, de ta capacité ensuite à vendre ton sujet. Sur un terrain de guerre, c'est la même chose !», résume avec humour et modestie le bonhomme.
En 1994, foin du ronron carcassonnais interrompu par l'unique alternative culturelle que représentent alors le Rex et le Colisée : il met le cap sur Paris. Enchaîne avec une formation en photojournalisme durant quatre mois à l'EMI. Dans la décennie qui suit, bosse en indépendant pour une vingtaine de rédactions différentes, dont «Libération», «Paris Match», «National Geographic». Voilà trois ans qu'il a levé le pied sur ces collaborations-là pour investir à fond le champ audiovisuel, toujours à l'affût d'une bonne histoire à raconter, en incorrigible journaliste qu'il est.

Céline Samperez-Bedos
La Dépêche du Midi
Edition du 23 septembre 2012

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : La Voix des humbles, par Louis Ruiz.

Jean Esparbié présente un essai de Louis Ruiz, sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, publié aux éditions ACALA.

La Voix des humbles
Louis RUIZ

  

On l'entend  partout, de Montferrand à Port-la-Nouvelle, du Pic de Nore à celui de Bugarach, au bord du Fresquel ou de la Berre, dans le Lauragais et les Corbières, au moulin du Cugarel ou à l'abbaye de Fontfroide, bien au-delà dans la Haute-Garonne, le Tarn, l'Ariège, les Pyrénées-Orientales, dans l'Espagne qui le vit naître et souffrir d'événements terribles. Il s'agit de Louis RUIZ, poète malgré lui parce que cela vient d'autre part, d'on ne sait où, voulu, imposé par le destin, par le souffle créateur. Ceci le prit à l'âme, envahit l'esprit, força le corps en son entier, le figea devant la page blanche avec pour noble mission de témoigner par écrit, en vers d'abord puis en prose, du temps au cours duquel il chemine. Nul besoin de sortir de grandes écoles, de l'université, pour répondre à cet appel. Les mots arrivent tout droit de cet endroit secret où la vie décante afin de ne retenir que l'ambroisie. Il la livre et ses poèmes ou ses textes divers fleurissent en nos coeurs comme mille coquelicots dans le champ de blé de l'existence. Regardons-les. Embrassons ce qu'ils nous procurent dans la communion des pensées sur le caractère humain dont on ne sent pas toujours la nécessité de le défendre, de le développer, de le chanter plus fort. Des vestiges du château de Saissac, sur l'éperon rocheux en contrebas du village,  Louis RUIZ crie l'amour, le bonheur, la misère, la bonté, l'indifférence, la cruauté. Il glorifie la littérature et notamment la poésie sans laquelle il ne serait pas lui. Il le fait à nouveau avec La Voix des humbles, la sienne pour tous les êtres, généreusement, sincèrement, sans artifices. 

Jean Esparbié

 

Info Culture : Inauguration du splendide nouveau Centre chorégraphique Bouichet-Sawas.

2015.09.03 - 001.jpg
Photographie : Michel Sawas
Le dynamique président de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, avec à gauche l'une des sociétaires, Isabelle Favaretto, artiste peintre et spécialiste de la communication, au centre, Fabienne Balza, responsable de la qualité au centre hospitalier de Carcassonne. Le président Gérard Jean est bien entouré. C'était jeudi soir, à l'inauguration des nouveaux locaux du Centre chorégraphique Bouichet-Sawas. Françoise Bouichet est, aussi, l'une des sociétaires de l'Académie.2015.09.03 - 006.jpg2015.09.03 - 008.jpg2015.09.03 - 009.jpgP1140439.JPG
Mme Isabelle Chésa, Première Adjointe, M. Jean-Bernard Audier, délégué à la Culture auprès de l'Adjoint aux affaires culturelles, Mme Françoise Bouichet-Sawas.
Photographie : Gérard JEAN 

01/09/2015

In Memoriam : L'Académie des arts et des sciences de Carcassonne perd en la personne d'Alain Cros-Mayrevieille, le dernier témoin indirect de sa longue et prestigieuse histoire.

Nous apprenons la disparition brutale, à l'âge de 74 ans,
d'Alain Cros-Mayrevieille,
arrière-arrière petit-fils de
Jean-Pierre Cros-Mayrevieille
(1810-1876).
historien et "sauveur" de la Cité de Carcassonne.
P1090734-1.jpg
Alain Cros-Mayrevieille, à droite et Claude Marquié, à gauche,
lors de la présentation à l'Hôtel de la Cité
du premier Cahier dédié à Jean-Pierre Cros-Mayrevieille.
Photographie : Gérard JEAN

Membre de l'Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne depuis 2010,
Alain Cros-Mayrevieille avait fondé en 2009, une association,
"Les Amis de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille"
qui oeuvrait au travers de publications rédigées par
Claude Marquié et Jean-Pierre Piniès
à la mémoire de son illustre ancêtre.
Il avait également lancé une souscription pour la rénovation d'une réplique
de la "Chapelle de Radulphe" située sur sa propriété à Carcassonne.
Ses obsèques se sont déroulées dans l'intimité.

Chroniques de Carcassonne
http://chroniquesdecarcassonne.midiblogs.com/
Espace Cros-Mayrevieille.jpg

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Claude Marquié dédicace son dernier ouvrage, Carcassonne, terre d'histoire.

Dédicace

Carcassonne, terre d’histoire, ouvrage récemment publié par les éditions Sutton, retrace la vie  de notre ville sous tous ses aspects de la Préhistoire au début du XXIe siècle. Ses 256 pages, remarquablement illustrées et rédigées dans un style très accessible, sont préfacées par Jean Guilaine selon lequel « Nul ne connaît mieux le passé de Carcassonne que Claude Marquié ». Ce dernier dédicacera son livre à la Maison de la Presse, rue Georges Clemenceau, samedi 5 septembre 2015, de 10 heures à 12 heures 30.

 

Editions Sutton
Collection Passé Simple
Claude Marquié
Carcassonne - Terre d'histoire
format : 165 x 235 mm, 256 pages, 26 €
Magnifiquement illustrée, cette rétrospective est indispensable
pour qui veut comprendre l'histoire de Carcassonne.
Marquié - Carcassonne - Terre d'histoire.jpgacadémie des arts et des sciences de carcassonne,claude marquié,carcassonne,terre d'histoire,éditions sutton,2015
Ouvrage disponible dans toutes les bonnes librairies.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
claude.marquie@wanadoo.fr

 

Nul ne connaît mieux le passé de Carcassonne que Claude Marquié. Il en a exploré toutes les facettes avec une acuité particulière. La passion pour une ville conduit immanquablement à porter sur elle un regard embrassant la très longue durée. Claude Marquié relève donc ici un nouveau défi : tracer un aperçu à la fois complet et concis de l'histoire de Carcassonne, de ses plus lointaines origines au début du XXIe siècle. Il a réussi un pari d'autant plus difficile que le volume imposé de l'ouvrage rendait l'opération fort contraignante. Jean Guilaine, dans sa préface, résume très bien cette monographie sur Carcassonne et la démarche de son auteur.
Magnifiquement illustrée, cette rétrospective est indispensable pour qui veut comprendre l'histoire de Carcassonne dans son ensemble. Ne se limitant pas aux frontières de la Cité, Claude Marquié retrace le passé de la capitale de l'Aude dans un style très accessible.
Professeur agrégé, officier des Palmes académiques, Claude Marquié a réalisé de nombreuses recherches sur la région carcassonnaise qui l'ont conduit de bonne heure à la présidence de la Société d'études scientifiques de l'Aude.
L'industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle, sa thèse, lui a valu, outre le titre de docteur en histoire, la remise du prix Urbain Gibert ; il a complété cette étude par de nombreuses publications portant sur d'autres domaines et d'autres périodes.