Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/01/2015

Ouvrage recommandé : Les abbayes du Razès, abbaye de Saint-Hilaire, abbaye de Rieunette, abbaye de Saint-Polycarpe, par André Galaup.

Les abbayes du Razès
Abbaye de Saint-Hilaire
Abbaye de Rieunette
Abbaye de Saint-Polycarpe
André Galaup
2014, format 17 X 24, 226 pages, 22 €Abbayes-Galaup1.jpgAbbaye-Galaup2.jpg
Ouvrage disponible chez l'auteur : 15, rue Descartes à Limoux
dans toutes les bonnes librairies et diffuseurs de presse.
Consultable à l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

08/12/2014

Info-Culture : Présentation du livre sur le canton de Peyriac-Minervois, édité par Vilatges al Païs.

Le Président du Conseil général de l'Aude
Le Conseiller général du Canton de Peyriac-Minervois
Maire de Villeneuve-Minervois
René Martinolle
Président de Vilatges al Païs

ont le plaisir de vous inviter

à la présentation du livre
"Vilatges al Païs"
Canton de Peyriac-Minervois (Aude)

en présence des auteurs : Philippe Marcy et Myriam Joliveau

Lundi 8 décembre 2014, à 18 heures
Foyer de Peyriac-Minervois
Cette manifestation sera suivie d'un apéritif.Peyriac-Minervois1.jpgPeyriac-Minervois2.jpg

02/10/2014

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Ladislas Levavasseur, Chirurgien-major de Napoléon 1er, par Martial Andrieu.

Ladislas Levavasseur
Chirurgien-major de Napoléon 1er
Musique et Patrimoine
Martial Andrieu
121 pages
Format : 15 x 21
17 € + 3,50 € de frais de port
Andrieu-Levavasseur1.jpgAndrieu-Levavasseur2.jpg
Ouvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
Disponible :
Chez l'auteur : Martial Andrieu - 5, rue de la Brégère - 87100  Limoges.
Librairie Breithaupt-Cariven - 37, rue Courtejaire - 11000  Carcassonne.
Maison de la Presse - 76, rue Clémenceau - 11000  Carcassonne.

Les mémoires romanesques mais authentiques de Ladislas Levavasseur, chirurgien-major de Napoléon 1er, sont disponibles dans les librairies de Carcassonnaises ! Cet éminent praticien qui exerça également ses fonctions à l'Hôtel-Dieu de Carcassonne après la destitution de l'Empereur, fut le grand-père maternel du compositeur Paul Lacombe. Il naquit à Cambrai en 1781, puis vint s'établir à Carcassonne après avoir épousé une jeune fille de Trausse-Minervois. Il mourut en 1864, quatre années seulement après avoir dicté ses mémoires de guerre à son petit-fils Léon Levavasseur ; il est inhumé au cimetière Saint-Michel de Carcassonne. Dans son récit, il évoque avec force détails les campagnes auxquelles il participa comme l'expédition de Saint-Domingue, les campagnes d'Egypte, d'Italie et d'Espagne. Martial Andrieu.

18/09/2014

CARCASSONNE, LA CITE DANS L'HISTOIRE.

CARCASSONNE
La Cité dans l'Histoire

Jean Blanc
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Claude-Marie Robion
Philippe Satgé  

Cité dans l'histoire.jpg

15/09/2014

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Un lauragais dans l'enfer de 14, le combattant, par Lucien Ariès.

Aries Lucien2.jpgAries Lucien3.jpg
Ouvrage de 320 pages, format 14 x 22
Disponible auprès de l'auteur
ou de l'Association de Recherches Baziègeoise.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

13/05/2014

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Carcassonne, une histoire de photographies (1851-1937), par Martial Andrieu.

Martial Andrieu
Musique et Patrimoine
Carcassonne, une histoire de photographies (1851-1937)
Préface de Claude Marquié
122 pages - 20 €

Andrieu Martial1.jpgacadémie des arts et des sciences de carcassonne,martial andrieu,musique et patrimoine,carcassonne,une histoire de photographies,1851-1937,claude marquiéAndrieu Martial3.jpg
Ouvrage en vente dans les librairies de Carcassonne.
Disponible chez l'auteur : andrieu-martial@Wanadoo.fr
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Ce livre de 122 pages est illustré de plus de 100 photographies inédites tirées de plaques de verre, photos albuminées, négatifs... Il relate l'histoire de la photographie à Carcassonne depuis l'ère des pionniers jusqu'aux années 1920 à travers les studios et les amateurs éclairés. L'ouvrage indique leurs noms, leurs adresses et leurs spécialités ; il peut-être utile aux généalogistes.

11/05/2014

Info Culture : Les 100 pianos de Limoux, par Georges Chaluleau et Laurence Turetti.

LES 100 PIANOS DE LIMOUX
A permanent exhibition
Georges Chaluleau et Laurence Turetti
Photographies : Didier Donnat

Alta Vita Editions
19 X 24, 112 pages, 22 €
2014

Pianos de Limoux.jpg
Ouvrage disponible chez l'éditeur : altavitaeditions@orange.fr et au musée du Piano de Limoux.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.


SOMMAIRE

Préface
Naissance d'une collection
Traditions musicales et histoire d'un lieu
(XVIIIe siècle - XXe siècle)

Les pratiques musicales à Limoux
Eglise Saint-Jacques : le retour à l'esprit
La passion du piano (XVIIIe siècle - XXe siècle)
Entretien avec Jean-Jacques Trinques, créateur de la collection
Catalogue de la collection
Nomenclature - Bibliographie - Références
Postface

07/05/2014

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Patrimoines, Vallées des Cabardès, Cahier n° 8, sous la direction de Jean-Claude Capéra.

Patrimoines, Vallées des Cabardès
Cahier n° 8
2013

Patrimoines n° 8.jpg
Ouvrage disponible à la vente au siège de l'association
patrimoines.valleesdescabardes@voila.fr
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

SOMMAIRE

Regards sur l'Association
Editorial : Quelques instants, par J.-C. Capéra
Du buc traditionnel vers la ruche moderne, par P. Agnel, J. Courrent
Notes de botanique pradelloise à propos d'un séneçon, par F. Maury
Céramique et vie quotidienne au Moyen Äge, par L. Cornet
Cabrespine, un castrum minier, par M.-E. Gardel, M.-C. Bailly-Maître
Le louvetier de Cabrespine, par D. et M.-L. Fabrié
La manufacture royale de Cuxac-Cabardès, par C. Marquié
Au dix-huitième siècle, les Castanier, par C. Marquié

De cascades en lavoirs, par N.-J. Pillet
Les fabriques de sandales à Ventenac-Cabardès, N. Subra
Dans la chapelle des Saptes : un marquis, par A. Saury
Une plante exploitée par l'homme, le genêt à Limousis, par S. Olivier
Les Escoussols (2ème partie), par M. Cau
Les livres d'or des instituteurs (2ème partie), par M. Perramond
La grande crue de l'Orbiel en 1930, par P. Agnel
Pollution atmosphérique et risques sanitaires en Cabardès, par H. Pujol
Douceur de miel, par J.-C. Capéra
Concours photo : L'eau en Cabardès, par J.-C Capéra
Lire les Cabardès, par M. Picarel, S. Capéra
Pour en savoir plus, par J.-C. Capéra 

Info Culture : La France se désintéresse-t-elle de ses églises ?

Eglises détruites.jpg
Extrait de la Lettre de l'Académie des Beaux-Arts
Institut de France
Numéro 75, printemps 2014
Ouvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne. 

05/04/2014

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Les Carnets de Garnac, par Auguste Armengaud.

Les Carnets de Garnac
N° 42 - Octobre 2013
Auguste Armengaud
Président de la Société d'histoire du Garnaguès, Belpech et son Canton
Vice-président de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne

Garnac 42-1.jpgGarnac 42-2.jpg
Ouvrage disponible auprès de l'association éditrice, consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Sommaire

Vie de l'association - Assemblée générale du 11 octobre 2013
Nouveau bureau
Hommage à M. Fages
Le livre sur "l'école dans le canton de Belpech"
Commémoration du centenaire de la Grande Guerre
Au voleur !
Les Archives en ligne (Sylvie Mario)
In Memoriam : Marc Foucher, Germain Nouziès
Quand Labastide de Couloumat voulait être commune
Les gens d'ici : Le Clairon
Les sonneurs de Villautou
La page du cartophile
Armorial des communes de la Piège

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : La triple dynastie seigneuriale légitime de Belpech-Garnaguès, par Henri Canal.

Logo rond Académie.jpg
HENRI CANAL

La triple dynastie

seigneuriale
légitime de Belpech-Garnaguès
Format 14 x 21

Ouvrage disponible :
PPGF et ASIVUN
Les Amis des Châteaux
1, rue Alfred Rambaud
31400  Toulouse

Ouvrage disponible chez l'auteur, 1, rue Alfred Rambaud - 31400 - Toulouse.
Consultable à la Bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Le Bataillon Minervois, par Claude Subreville.

LE BATAILLON MINERVOIS
Association du Patrimoine de Rustiques
Claude SubrevilleBataillon Minervois.jpg
Ouvrage consultable à la Bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
Disponible chez l'auteur ou à l'Association du Patrimoine de Rustiques.

Le 8 mai 2012, rassemblés pour commémorer l'Armistice du 8 mai 1945, nous écoutions en silence Henri Miquel, président des Anciens du bataillon Minervois, prononcer son discours, entouré de ses amis et compagnons. A plus de 85 ans, il avait su retenir l'attention de tous. Dans ces instants de recueillement, une petite idée germait dans nos têtes, Claude et moi-même : faire mieux connaître cette épopée vécue par ces jeunes hommes en 1944 et organiser une soirée en leur présence : un témoignage vivant du Bataillon Minervois.
Le 10 novembre 2012, la soirée eu lieu au Foyer Municipal de Rustiques, en présence de 9 compagnons du Bataillon Minervois. Plus de 170 personnes, pendant deux heures ont écouté M. Miquel et ses amis nous parler de leur jeunesse et de ce qu'ils avaient ressenti à vingt-ans.
A la suite de cette soirée, Claude Subreville a poursuivi méthodiquement les recherches, rassemblant témoignages et documents. Ce livre n'a pas la prétention d'écrire l'histoire du Bataillon Minervois. L'auteur est resté fidèle à l'esprit de cette soirée : comment a-t-on vécu l'occupation allemande dans nos villages du Minervois, à Caunes, Rieux, Rustiques, Tourouzelle ? Pourquoi des jeunes de nos villages se sont ils engagés ? Qu'ont ils fait exactement ? Et qu'en pensent-ils aujourd'hui ?
La lecture de ce livre est fort agréable, car il fourmille de petites histoires, nous fait vivre le quotidien de ces jeunes du Minervois. Il est agrémenté de nombreux documents, de témoignages et de photos d'époque.

Henri Ruffel.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Carcassonne en 100 dates, par Claude Marquié.

Réédition de "Carcassonne en 100 dates" par Claude Marquié.

En mai 2013, paraissait aux éditions Sutton Carcassonne en 100 dates  par Claude Marquié.  Le succès rencontré a été tel que l’ouvrage, va être réédité au même prix de 11 euros. Aidé de textes courts illustrés de photographies, cet ouvrage, non seulement retrace l’histoire de notre ville sur le plan politique mais aussi évoque les grands événements et les personnages qui l’ont marquée dans  les domaines économique (rôle de la vigne), religieux (collège des Jésuites), artistique ( Paul Lacombe), et littéraire (Joë Bousquet, René Nelli).

CARCASSONNE EN 100 DATES
Claude Marquié
Editions Alan Sutton
130 pages - 2013

Les ouvrages traitant de l’histoire carcassonnaise dans son ensemble sont peu nombreux et ceux étudiant une période précise souvent trop spécialisés pour le profane. Aussi, cernner une date précise s’apparente à un parcours du combattant ou à une devinette.

Prenons deux exemples : à quand remontent les tout premiers débuts de notre ville ? Quelle est l’année qui vit l’équipe de France de rugby à XIII, animée par les quatre « mousquetaires canaris » se couvrit de gloire en Australie ?

Inversement, demander à quel évènement correspondent le 6 novembre 1355, le 31 mai 1810, le 27 mai 1918, le 22 octobre 2005… peut donner lieu à un jeu de quizz aussi savant qu’instructif.

Le petit livre de Claude Marquié, intitulé « Carcassonne en 100 dates » s‘efforce de combler ces lacunes à l’aide de textes courts illustrés de photographies. Les exemples ci-dessus montrent qu’il ne s’agit pas  de repères uniquement politiques, mais d’évènements concernant la vie économique et sociale (l’industrie textile, le rôle du chemin d fer) la religion( le collège des  Jésuites) les arts (J. Gamelin, les hôtels de la Bastide, Paul Lacombe) les sciences (Paul Sabatier), les lettres (Joé Bousquet, René Nelli) …

Cet ouvrage, réalisé par les éditions Alan Sutton, est disponible en librairie au prix  de 11 euros.

Carcassonne en 100 dates1.jpgCarcassonne en 100 dates2.jpgOuvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
Disponible en librairies, aux éditions Alan Sutton.

 Avant-propos

Le XIXe siècle, qui a établi les méthodes essentielles de l’histoire en qualité de discipline scientifique, l’a conçue, surtout après la défaite de 1870-1871, comme devant renforcer le sentiment national. Il en a résulté une chronologie fondée sur l’étude des divers régimes qu’a connus la France, les guerres qu’elle a menées, les biographies des principaux acteurs de son passé, si bien que la notion de « date » fut assimilée à l’histoire politique.

Or, depuis 1920 et L’École des Annales, la recherche historique a été élargie à des domaines variés : société, économie, religion, culture, mentalités… Les dates retenues dans le présent ouvrage se doivent par conséquent d’intégrer cette conception élargie, qui dépasse largement le champ politique.

C’est ainsi que l’étude des hôtels construits dans Carcassonne entre le XVIe et le XVIIIe siècle ne peut se concevoir sans être rapportée aux divers groupes sociaux qui les ont réalisés, lesquels, selon les époques, se succèdent à la tête de la ville : nobles, magistrats, évêques et chefs d’entreprise du textile.

Le lecteur ne doit donc pas s’étonner que soient ici abordés des thèmes très divers, ceux-ci relevant parfois de la « longue durée » historique : ils sont repérés soit par un évènement, soit par une date approximative quand le phénomène étudié s’étend sur plusieurs années, voire plusieurs décennies.

Enfin, le même lecteur pourra s’inquiéter de la brièveté (voulue) de chaque chronique, mais aussi de l’absence de certains repères qu’il juge importants, mais, en-dehors d’oublis involontaires, chacun doit prendre conscience que l’histoire de Carcassonne s’étend sur plus de 6 000 ans et qu’il n’est guère possible de recenser absolument tous les événements qui l’ont jalonnée.

11 juin 1096
Le pape Urbain II et Saint-Nazaire

Connupour avoir propagé la réforme grégorienne et prêché la première croisade à travers la France, le pape Urbain II séjourna cinq jours à Carcassonne où il était arrivé le 11 juin 1096. Il y célébra la messe, fit un sermon… et bénit les pierres du chantier de la nouvelle cathédrale, placée sous le vocable des saints Nazaire et Celse. Le contexte financier devait être favorable à cette importante réalisation, puisqu’en 1067 le vicomte avait encaissé du comte de Barcelone 5 000 onces d’or pour le prix de la cession au Catalan de ses droits sur le Carcassès et le Razès.

Il faut croire que les travaux continuèrent après le départ du pape, mais l’église fut achevée seulement en 1150. Il reste de cette époque la nef centrale, caractéristique du style roman, avec ses 17 m de haut et ses six travées couvertes par un berceau en arc brisé, flanquée de collatéraux voutés en plein cintre.

Les doubleaux prennent appui une fois sur deux sur des piles carrées qui alternent avec d’imposantes colonnes cylindriques, tandis que les chapiteaux ont pour motif dominant des végétaux, notamment des feuilles de fougère.

Cette nef romane n’a pas connu de grandes modifications par la suite, et la restauration du XIXe siècle l’a peu concernée, Viollet-le-Duc estimant en 1844 : « Il n’y a rien à y toucher ». Il en alla autrement pour l’extérieur de l’édifice, puisque l’architecte mit en place une façade occidentale intégrant un clocher de son goût, tandis qu’il reconstruisait le portail roman du collatéral nord.

Cependant, la plus grande modification date du XIIIe siècle, quand toute la partie orientale disparut au bénéfice d’un chevet gothique.

1623 

Le collège des Jésuites

L’enseignement secondaire, qui apparaît seulement au XVIe siècle, correspond à une demande des classes dirigeantes, de l’Eglise et de la royauté ; la compagnie de Jésus joue un rôle déterminant dans la mise au point de son contenu comme de sa pédagogie.

Grâce aux efforts des évêques de la Contre-réforme et des consuls, les jésuites s’installent en 1623 dans une ancienne école située rue Aimé Ramond, en face de l’actuelle Maison des Jeunes. Ils entreprennent à partir de 1640 des travaux considérables pour transformer l’îlot dans lequel ils se trouvent, la superficie qu’ils occupent passant de 1 500 m² à 3 000 m².

Les « bons pères » font notamment construire le bâtiment à deux étages, bien visible aujourd’hui à partir de la rue des Etudes, qui comprenait quatre classes voûtées surmontées à chaque niveau de quatre chambres, mais aussi une église brillamment inaugurée en 1667. Cette belle réalisation, surmontée d’une « tour mirande » octogonale, avec son plafond à caissons, ses carreaux vernissés et son retable en marbre de Caunes, est très caractéristique de la période baroque que connaît alors la France. Restaurée il y a quelques années, elle accueille désormais concerts et conférences.

Dès 1668, le collège compte 180 élèves, dont 40 pensionnaires, et au XVIIIe siècle s’ajoutent la monumentale porte de la rue des Etudes ainsi que diverses classes qui, le long de la rue Littré, abritent un temps le séminaire.

Au total, l’enseignement fut dispensé en ces lieux durant plus de trois siècles : un collège communal succéda aux jésuites, puis en 1853 fut créé le lycée qui l’engloba et construisit de nouveaux bâtiments, jusqu’à sa fermeture en 1962.

1901

Paul Lacombe à l’Institut

L’héritage de son père, industriel, président de la chambre de commerce et de la Caisse d’épargne, permit à Paul Lacombe (1837-1927) de recevoir une solide formation musicale, puis de se livrer à la pratique de son art sans connaître de problème matériel majeur.

Admirateur de Georges Bizet, avec lequel il entretint une correspondance régulière, il rencontra à Paris les plus grands musiciens du XIXe siècle, qu’il s’agisse de Charles Gounod, Vincent d’Indy, Emmanuel Chabrier, Gabriel Fauré, et surtout Jules Massenet. Co-fondateur en 1871 de la Société Nationale de Musique dans laquelle il commença à faire entendre ses œuvres, son talent fut suffisamment reconnu pour que ses pièces pleines d’élégance et de charme soient jouées aux concerts Colonne et aux concerts Lamoureux, ainsi que lors des Expositions universelles de 1878, 1889 et 1900.

Elu en 1901 à l’Institut (académie des Beaux-arts)sous le parrainage de Camille Saint-Saëns, dans la section des non résidents, il reçut l’année suivante les insignes de chevalier de la Légion d’honneur.

Malgré cette incontestable renommée, Paul Lacombe refusa de s’installer à Paris, préférant demeurer tout au long de son existence à Carcassonne ou dans sa propriété de « La Forge », à Montolieu, ce qui nuisit incontestablement à sa célébrité.

A son décès, le 5 juin 1927, un comité se constitua à l’initiative du brasseur Frédéric Lauth pour ériger un monument à sa mémoire. Il fut inauguré deux ans plus tard grâce à une souscription publique complétée par l’aide de l’Etat, du conseil général et de la municipalité, cette conjonction montrant la popularité du musicien dans sa ville.

01/02/2014

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : L'Ecole dans le canton de Belpech (1881-1989), par Auguste Armengaud, Henri Canal, Romain Joulia, Jean-Noël Loubès et dix-huit auteurs.

Ecole dans le canton1.jpgEcole dans le canton2.jpg
Ouvrage disponible à la Société d'histoire du Garnaguès, Belpech et son Canton, et chez M. Auguste Armengaud. Consultable à la Bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

31/01/2014

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Guillerme de Belpech, princesse cathare et religieuse dominicaine, par Henri Canal.

Logo rond Académie.jpg
HENRI CANAL

Guillerme de Belpech

Princesse cathare et
Religieuse dominicaine
Vol. 1
Format 14 x 21 - 220 pages - 2013

Ouvrage disponible :
ASIVUN
1, rue Alfred Rambaud
31400  Toulouse

Ouvrage disponible chez l'auteur, 1, rue Alfred Rambaud - 31400 - Toulouse.
Consultable à la Bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

12/01/2014

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Château de Saissac, par le docteur Jean MICHEL.

Château de Saissac.jpg
Ouvrage disponible chez l'auteur, auprès de la Société d'animations et d'initiatives de Saissac pour la sauvegarde de l'ancien château.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

28/11/2013

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : La vie... et après ? La science enquête, par Yves Lignon.

Yves Lignon
La vie... et après ?
La science enquête
2013
Le Papillon Rouge EditeurVie et après.jpg
Ouvrage disponible chez l'auteur et chez l'éditeur.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Des recherches effectuées dans le monde entier montrent que la question "Et s'il restait quelque chose de nous après la disparition de notre corps ?" est désormais scientifiquement incontournable. C'est l'objet de cet ouvrage, dans lequel Yves Lignon étudie rigoureusement et dans un langage restant toujours accessible, la possibilité d'une colntinuité de l'existence après la mort. A travers de nombreux témoignages inédits et bouleversants, recueillis au cours de sa longue carrière, cet homme de science médiatique explore cette zone étrange d'où certains reviennent persuadés qu'il existe un Au-delà !
Quelles sont les  preuves apportées ? Que valent les différentes pistes et théories proposées ? Pourquoi l'idée que tout se termine avec la mort peut-elle être contestée ? C'est à une captivante et incroyable enquête que nous entraîne l'auteur.

Maître de conférences honoraire au département Mathématiques de l'université de Toulouse-Le-Mirail, Yves Lignon s'intéresse depuis des décennies aux phénomènes dits paranormaux. Pour les étudier, il a fondé dès 1974 le laboratoire de Parapsychologie de Toulouse, organisme scientifique unique en France. Conférencier, homme de communication, Yves Lignon est en outre l'auteur de très nombreux ouvrages dédiés à l'enseignement et au paranormal.

10/10/2013

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Au fil des siècles, Histoire(s) de Carcassonne, par Gauthier Langlois, co-auteur.

Gauthier Langlois
Au fil des siècles
Histoire(s) de Carcassonne

Editions Grand Sud
2013
Enseignant en histoire géographie et historien
Il est à l'initiative de la BD dont il a assuré la coordination scientifique.
Il a par ailleurs écrit le scénario de trois des huit histoires.Au fil des siècles1.jpgAu fil des siècles2.jpg
Au fil des siècles3.jpg
Photographies : Alain Pignon, Chroniques de Carcassonne.

Philippe POUX, directeur des Éditions Grand Sud
a le plaisir de vous inviter aux dédicaces de la bande dessinée
Au fil des siècles – Histoire(s) de Carcassonne
qui auront lieu en présence des auteurs et dessinateurs
à Carcassonne les 19 et 20 octobre 2013
Ces dédicaces auront lieu dans le cadre de la fête Cascarilh de Dame Carcas à la Cité de Carcassonne les 19 et 20 octobre de 9 h à 19 h et au magasin Cultura de Carcassonne le 19 octobre de 14 h à 18 h.

Pour en savoir plus : http://paratge.wordpress.com/publications/histoires-de-carcassonne/

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : deux nouveaux ouvrages de Jean Esparbié, L'Arbre bleu et Minuscules.

Deux d’un coup pour Jean Esparbié !

En cette rentrée littéraire, en faisant attendre un roman, Jean Esparbié propose deux recueils : L'Arbre bleu et Minuscules  parus aux éditions Acala.
Les textes de L'Arbre bleu se lisent selon l'ordre chronologique commun à tout ouvrage ou en fonction d'un choix particulier dicté d'après les titres des récits. En prose ou en vers, les sujets traités évoluent en tenant compte de l'âge de la muse cachée dans le feuillage de la plante aux dimensions imaginaires. Un parent attentionné racontera une “histoire” avant le câlin au coucher du descendant adoré. Un enfant poursuivra l'apprentissage de la lecture en ânonnant les lignes sur les ballons, la grenouille Crapinette, des hirondeaux. Grandet, il découvrira l'école primaire d'autrefois, il entrera dans la Cité de Carcassonne, il approchera des personnages historiques. Enfin, il ouvrira la porte du bureau de l'aïeul - comme Marine, la fillette omniprésente dans ce livre -, il regardera des animaux, il s'attardera auprès du charretier de la campagne Les Mille Épis sur les terres du Lauragais. Quant à l'aîné, au fil des pages, il éveillera en lui des souvenirs, il se laissera aller à des rêveries, il cueillera des fleurs champêtres afin d'emplir son cœur de parfums enfantins...
En traversant les décennies, au pas lent du laboureur d'antan, Jean Esparbié creuse de longs sillons dans lesquels en témoin enclin d'humanité, il sème des graines de réalité et de rêve. Le vent capricieux de l'esprit, le souffle doux de l'âme guident ses regards attentifs sur les êtres les plus divers de la société. Il décrit des pans de leur vie avec sincérité, justesse, pudeur, humour parfois, d'un style simple quoique ciselé. Rassemblés sous le titre de Minuscules parce que courts, les cinquante chroniques de ce recueil dénotent la volonté de l'auteur - secrétaire de l'Univers - d'apporter sa contribution à l'enrichissement de la mémoire collective de son temps. On lira ainsi des lignes sur le mas del Faitg où l'ami Michel Maurette - l'écrivain-paysan - vint au monde, une farce aux agents, un mécano, la galanterie française,  l'eau et le vin, une parade, un canari, un mécénat, la gloire du grand cassoulet, une Cucugnanaise,  la Baronne, la pince monseigneur, une revendication, une capote, un bond de géant, un havre, une poétesse bien connue en terre audoise...

 

Esparbié-Minuscules.jpgOuvrage disponible chez l'auteur (Tél. 04.68.47.08.07).
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

 

Jean Esparbié
"L'écriture toujours"


 

"Le cers violent et froid rabattait les épaisses fumées qui rampaient vers la campagne proche de la petite ville du Lauragais. Les yeux encore mi-clos malgré l'heure déjà avancée de ce premier jour de l'an, les gens trottinaient pour aller présenter leurs vœux aux parents, amis et voisins... quand trois coups retentirent au clocher de la collégiale Saint-Michel, je poussai mon premier cri. “Comme prévu : un mâle!” s'exclama l'oncle Eugène." 

Jean Esparbié relata ainsi sa naissance dans Les Matins resplendissants - livre de souvenirs publié par L'Amitié par le livre en 1992. De "sa" ville de Castelnaudary, du Lauragais de son enfance, il ramena des récits divers, simples, réalistes.

Dans Les Vertes années - paru aux éditions Acala en 2006, Jean Esparbié rapporta des anecdotes du collège de Carcassonne. On relèvera entre autres celles concernant Claude Marti-le chanteur occitan-et Max Savy-le peintre renommé. On retiendra particulièrement la leçon déterminante de monsieur Georges Bruyère-le dévoué professeur d'espagnol. Il dit quelques mots sur François-Paul Alibert, Gaston Bonheur, Joë Bousquet, Joseph Delteil, Jean Lebrau, Michel Maurette. Jean Esparbié caressa le rêve de rencontrer celui-ci. L'amitié dura jusqu'à la mort de l'écrivain-paysan à qui Jean Esparbié consacra de nombreux articles parus dans la presse et deux études : Du Sillon à la ligne en 1989 (publiée avec le concours du Conseil général de l'Aude) et Le Rêve du laboureur en 2005 aux éditions Acala. Michel Maurette, dit Jean Esparbié, "travaillait la terre et cultivait la poésie".

Avec Le Lapin blanc, aux éditions Acala en 2005, Jean Esparbié s'adresse aux lecteurs à partir des balbutiements de la lecture. "Cette nuit-là, le vent fripon épousa la lune fantasque au milieu d'un long cortège d'étoiles scintillantes et, de cette hyménée, naquit un magnifique lapin blanc qu'une large salopette habilla convenablement."

Jean Esparbié rassembla des poèmes en 2007, aux éditions Acala, dans Portes et Fenêtres. Henri Heinemann-lauréat de la Société des poètes français-en signa la préface en rendant hommage à "un poète cultivé, sensible et talentueux". L'auteur  lit ses textes au cours de rencontres poétiques, d'après-midi ou de soirées récréatives. Dans sa Lettre à Marine il écrit notamment :


 

" Au miroir du regard je devine ton âme

Dans un écrin d'amour que les oiseaux des cieux

Tissèrent pour toujours à l'abri de la trame

Dont le feu ravageur brûle déjà mes yeux."


 

En 2009, au éditions Acala, Jean Esparbié publia La Fille du vent. Par ce roman, il s'intéressa à Flore, la fifille née de la communion de ses parents adoptifs. Dans un pays d'Asie, en s'élevant dans la nuit face à une guirlande d'étoiles, l'avion sembla creuser un sillon droit, profond, long, entre le passé obscur, malheureux, dangereux de Flore et son avenir pour lequel ses ascendants de cœur chérissaient de magnifiques espérances. Flore devenait leur fille, le fruit merveilleux de l'amour.

En 2011, aux éditions Acala, Jean Esparbié donna Les Fruits de la terre. Dans ce roman, il relate la vie d'un paysan, né au mois de mai 1915 à l'Emboyer - une ferme située dans le Tarn. D'une exploitation à une autre, jusqu'au domaine de la Fontasse, près de Bram, en terre audoise, à la ronde des saisons, Armand Lautrec excita partout l'admiration. S'il endura bien des souffrances, il se montra toujours simple, courageux, vaillant, déterminé, responsable, aimable. Il sema des graines de vérité pure dans le terreau de la noblesse de l'amour.
En 2013, aux éditions Acala, Jean Esparbié prit des textes en prose ou en vers et les livra à ses lecteurs sous le titre L'Arbre bleu. Là, les sujets traités évoluent en tenant compte de l'âge de la muse cachée dans le feuillage de la plante aux dimensions imaginaires. Un parent attentionné racontera une de ces “histoires” avant le câlin au coucher du descendant adoré. Un enfant poursuivra l'apprentissage de la lecture en ânonnant. Grandet, il découvrira d'autres univers avant de pousser la porte du bureau de l'aïeul, comme Marine, la fillette omniprésente dans ce recueil.

En 2013 toujours,  avec Minuscules, Jean Esparbié montra les longs sillons dans lesquels en témoin de l'humanité, il avait semé des graines de réalité et de rêve. Les cinquante textes de cet ouvrage dénotèrent la volonté de l'auteur - un véritable secrétaire de l'Univers - d'apporter sa contribution à l'enrichissement de la mémoire collective de son temps. On découvrira des pans de la vie des êtres les plus divers de la société, ceci avec une écriture juste, pudique, amusante parfois, d'un style simple quoique ciselé. Jean Esparbié se définit comme un militant de l'écriture.

Esparbié-Arbre bleu.jpgOuvrage disponible chez l'auteur (Tél. 04.68.47.08.07).
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

27/09/2013

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : L'école dans le canton de Belpech (1881-1989), présenté par Auguste Armengaud et Jean-Noël Loubès.

L'école dans le canton de Belpech
(1881-1989)
édité par la Société d'histoire de Belpech et du Garnaguès
2013
Ecole dans le canton de Belpech.4.jpg
Ouvrage prochainement disponible auprès de la Société d'histoire de Belpech et du Garnaguès, et consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.Ecole dans le canton de Belpech.jpg