Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/01/2012

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Les vrais amis réunis : une loge maçonnique carcassonnaise à l'aube de ses 150 ans, par Paul Tirand.

Loge - Paul Tirand.jpg
Ouvrage disponible chez l'auteur, à la librairie Breithaupt et à la Maison de la Presse à Carcassonne.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

En 2012, la loge Les Vrais Amis Réunis à l'orient de Carcassonne, un des plus anciens ateliers maçonniques de France, célébrera son cent-cinquantième anniversaire. En prélude à cette commémoration, ses membres ont voulu retracer son histoire, intimement liée à la vie de la cité.
Rassemblement d'hommes de toutes conditions, illustres ou inconnus, cette loge a toujours épousé son époque, parfois devancé la marche du temps, mais jamais cédé aux abandons du confort intellectuel. Elle a vécu les joies et les souffrances de l'Histoire, tout particulièrement durant les années noires (1940-1944) : grâce à des documents d'archives, la répression dont l'atelier dans son ensemble et certains frères en particulier ont été victimes, est longuement décrite. N'est-il pas vrai que rien ne serait pire que l'oubli ?
Les maçons des Vrais Amis Réunis ont toujours su faire prévaloir les principes de la franc-maçonnerie : la fraternité, exigence du vivre ensemble, l'égalité, source d'harmonie, la liberté, condition essentielle de réalisation personnelle, sans oublier l'idéal de laïcité qui assure les fondements de notre société.
La fidélité à ces valeurs, tel est l'enseignement qu'on peut retirer de l'histoire de cette loge, des quelques planches individuelles et collectives représentatives du travail maçonnique, de la biographie de certains frères.
Il appartient aux successeurs des maçons qui, depuis 1862, ont frayé un tel chemin de ne pas s'en écarter afin que cette belle histoire se poursuive pendant de longues années. Sursum Corda ! Haut les Coeurs ! Telle est leur devise. 

16/01/2012

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Archéologie, science humaine, entretiens avec Anne Lehoërff, par Jean Guilaine.

Guilaine - Archéologie 2011.jpg

L’archéologie fascine, fait rêver. Les enfants à la recherche de trésors. Les grands que le mystère attire. Mais quelle est-elle ? Depuis le XIXe siècle, l’archéologie a connu de profonds changements, tour à tour collecte de beaux objets, support d’une histoire des “civilisations”, examen de traces plus modestes laissées par l’homme et que des méthodes de plus en plus performantes permettent de comprendre. Les découvertes qui se sont succédé depuis deux siècles, parfois extraordinaires, souvent moins spectaculaires, l’ont nourrie, construite, rendue omniprésente dans la société d’aujourd’hui. Les vestiges encore enfouis sous nos pieds sont si nombreux qu’il ne se passe pas un jour sans une découverte.L’archéologie est science humaine. Telle est la conviction profonde de l’un de ses acteurs, Jean Guilaine. Fort d’une longue expérience de chercheur, d’homme de terrain, de professeur, il s’en explique dans un entretien avec une autre archéologue, Anne Lehoërff. Les différentes facettes d’une archéologie qui permet d’écrire l’histoire de l’homme dans toutes ses dimensions sont ainsi abordées à travers un itinéraire personnel où la part du rêve n’est pas absente, et dans un dialogue qui met l’accent sur l’objet d’étude de l’archéologie, sa situation actuelle au terme d’une longue histoire et son avenir possible.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Le retour du Cathare, par François M. Bluche.

LE RETOUR DU CATHARE

Gendarmerie Nationale - Brigade de Mouthoumet - P. V. n° 121/91. Nous soussigné, gendarme Sanchez Henri, A.P.J. en résidence à Mouthoumet, vu les articles 16, 17 à 19 et 75 du C.P.P., rapportons les opérations suivantes : A comparu devant nous Monsieur Teisseire Louis, domicilié 2, rue du Vent à Villerouge-Termenès. Le témoin nous a fait la déposition suivante : "J'étais hier soir chez moi. Il était environ minuit. Des cris et grondements résonnaient dans les rues étroites du village. Cela semblait venir de partout à la fois. Craignant un tremblement de terre, je sortis de chez moi en chemise de nuit, juste à temps pour apercevoir une forme lumineuse au-dessus du château. Cela ressemblait à un fantôme et disparut rapidement. Je ne peux donner aucune explication à ce que j'ai observé. Lecture faite et n'ayant rien à ajouter ni à retirer, je persiste et signe la présente déclaration".
C'est dans ce climat surréaliste, que le commissaire Guilhem et son fidèle adjoint le lieutenant Pujol, commencent une des plus mystérieuses enquêtes de leur longue carrière de policier.

Retour du Cathare.jpg
Ouvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

François M. Bluche
Héraultais de naissance et Audois d'adoption, ancien de l'Institut médico-légal, dirige actuellement un laboratoire scientifique à Carcassonne. Ses romans policiers régionaux sont basés sur des faits réels, souvent inexpliqués. Dans son souci de coller le plus possible à la réalité, il participe régulièrement à des missions avec la douane et les forces de l'ordre.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Limoux et son Canton, par Gérard Jean.

Très attaché au patrimoine de Limoux et à son canton, Gérard Jean veut vous montrer comment sa région est entrée, sans grands bouleversements, dans le troisième millénaire. A l'aide de cartes postales et de photographies anciennes, l'auteur s'applique à exacerber la nostalgie du vieux Limouxin. Mais il souhaite avant tout conserver ces images d'un autre âge et les rendre aussi jaunies qu'émouvantes aux jeunes générations, curieuses de connaître les scènes de vie, parfois graves, parfois heureuses, qui ont ponctué la vie de leurs ancêtres.
Comme un historien, il avive les mémoires, retrace le chemin passé, fait resurgir du plus profond les personnages les plus attachants et montre, pour toujours, le dernier crieur public ou le patrimoine architectural à jamais disparu.

Limoux et son Canton.jpg
Limoux et son Canton - Editions Alan Sutton
Ouvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

05/01/2012

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Campanes en pays d'Aude, tome IV, par Claude Seyte.

L'oeuvre immense est achevé ! Notre collègue Claude Seyte vient de publier le quatrième tome d'une monumentale encyclopédie consacrée aux cloches de notre département : Campanes en pays d'Aude. Le premier tome abordait l'art campanaire et les carillons ; le deuxième tome faisait connaître les cloches de l'arrondissement de Carcassonne ; le troisième tome celles des arrondissements de Limoux et de Narbonne. Dans le dernier volume, l'auteur parle des fondeurs de cloches, de leurs réalisations et des contrats. Les quatre ouvrages assemblés constituent une publication exceptionnelle, quasiment unique dans l'histoire de l'art campanaire français.

Campagnes en pays d'Aude - T4.jpg
Ouvrage disponible en quatre parties, en vente chez l'auteur.
L'encyclopédie est consultable à la bibliothèque de l'Académie,
le mercredi après-midi, de 14 heures à 18 heures.

11/12/2011

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, témoin et acteur de son temps, de Claude Marquié.

Claude Marquié : Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, témoin et acteur de son temps.

"Sauveur de la Cité", J.-P. Cros-Mayrevieille (1810-1876), s'est vivement intéressé à son époque, marquée par la révolution industrielle et le déve-loppement de divers courants de pensée, parmi lesquels le saint-simonisme est le plus connu.
Il fait revivre dans ses écrits la vie audoise du XIXe siècle sous ses aspects à la fois politiques, économiques et sociaux, en étudiant aussi bien l'industrie textile que l'arrivée du chemin de fer, le projet d'un port à La Franqui, les transformations de l'agriculture et la condition ouvrière.

Ce sont ces divers aspects que l'historien Claude Marquié évoquera samedi 10 décembre, à 18 heures, à l'Hôtel de la Cité, salle San Michele, en présentant l'ouvrage qui résulte de ses travaux.

Marquié-Imaginaires.jpg
Cet ouvrage sera présenté et dédicacé par Claude Marquié
le samedi 10 décembre 2011, à 18 heures
à l'Hôtel de la Cité, salle San Michele.

Les cahiers des Amis de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille s'efforcent de mettre en relief l'oeuvre d'action et de réflexion de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, érudit et honnête homme du XIXe siècle auquel on doit notamment le sauvetage de la Cité de Carcassonne. Intervention remarquable illustrée dans le Cahier n° 1 paru en 2010.
Cette deuxième livraison illustre sous la plume de l'historien Claude Marquié d'autres aspects de son action dans un siècle confronté à la révolution industrielle et à l'évolution de la pensée sociale. Ce sont de nouvelles facettes de la personnalité de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille qui sont mises en exergue : l'homme politique et de presse, créateur et directeur de journaux, le "lobbyiste" visionnaire qui met en perspective les atouts et les projets nécessaires au développement de l'agriculture et de l'industrie, des communications ferroviaires et portuaires, ainsi que les préoccupations sociales propres à une époque fortement marquée par les courants de pensée humanistes tels que le Saint-Simonisme.

 

jean-pierre cros-mayrevieille,claude marquié,10 décembre 2011,hôtel de la cité,témoin et acteur de son temps
Ouvrage disponible, en vente chez l'auteur,
auprès de l'association Les Amis de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie.

jean-pierre cros-mayrevieille,claude marquié,10 décembre 2011,hôtel de la cité,témoin et acteur de son temps
Claude Marquié dédicace le deuxième cahier consacré à Jean-Pierre Cros-Mayrevielle, à Christiane Clergue, en charge du multimédia au sein de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.jean-pierre cros-mayrevieille,claude marquié,10 décembre 2011,hôtel de la cité,témoin et acteur de son temps
Jean-Pierre Piniès et Claude Marquié, auteurs des cahiers 1 et 2 consacrés à Jean-Pierre Cros-Mayrevieille.jean-pierre cros-mayrevieille,claude marquié,10 décembre 2011,hôtel de la cité,témoin et acteur de son temps
Claude Marquié, Alain Cros-Mayrevieille, Henri Laleman, sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.jean-pierre cros-mayrevieille,claude marquié,10 décembre 2011,hôtel de la cité,témoin et acteur de son temps

08/12/2011

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Carcassonne, tome III, de Martial Andrieu.

Les trésors du passé sont souvent oubliés dans une vieille malle poussiéreuse rangée au fond d'un grenier. Cette malle, Martial Andrieu l'a délicatement ouverte et a choisi de rassembler dans cet ouvrage les plus belles photographies illustrant la vie d'autrefois : un album de souvenirs carcassonnais qui met en lumière les fêtes de quartier, les tournages de films, les bals populaires, les vieux commerces, les clubs sportifs. Autant de moments, d'endroits qui font Carcassonne et enrichissent son histoire et celle de ses habitants. Nul doute que plus d'un se reconnaîtra sur ces clichés, retrouvera des lieux du passé et prendra plaisir à évoquer avec son entourage ces moments parfois oubliés.

Andrieu-Carcassonne.jpg
Ouvrage disponible, en vente chez l'auteur et dans toutes les bonnes librairies.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Baron Guillaume Peyrusse, en suivant Napoléon - Mémoires, 1809-1815, de Christophe Bourachot.

Il arrive parfois, qu'au détour des pages de l'épopée napoléonnienne, apparaisse une figure oubliée ou méconnue. Guillaume Joseph Roux-Peyrusse en fait partie. Rien ne laissait prévoir que ce carcassonnais, né le 14 juin 1776, serait un jour l'auteur d'un précieux témoignage sur Napoléon et ses campagnes.
Engagé dès l'âge de dix-sept ans dans la "Compagnie de chasseurs du bataillon de la masse de Carcassonne", on le retrouve durant plusieurs années au sein de l'Armée des Pyrénées-Orientales. Entre l'automne 1793 et l'année 1800, le jeune Peyrusse y occupe les fonctions de soldat ou, alternativement, celles de secrétaire dans les bureaux de l'état-major. Plus tard, son frère André, alors Receveur général du département d'Indre-et-Loire, le fait entrer dans les bureaux du Trésor de la Couronne. L'année 1809, celle de la campagne d'Autriche, marque un tournant dans sa carrière. Il est nommé "inspecteur et seul inspecteur du Trésor de la Couronne". Puis il est désigné par son supérieur, le Trésorier général Estève, pour faire "le service de Payeur du Trésor général de la Couronne à la suite du quartier-général impérial". Dès le lendemain de sa nomination, Guillaume Peyrusse suit la Grande Armée qui part pour l'Autriche. C'est là que débute son récit. Le 5 juin 1809 marque sa première rencontre avec la cruelle réalité de la guerre. Peyrusse assiste à la bataille d'Ebersberg.

Bourachot-Peyrusse.jpg
Christophe Bourachot.
Ouvrage disponible chez l'éditeur : éditions Cléa, 33, rue Sambin - 21000  Dijon.
cleamicroed@wanadoo.fr
Consultable à la bibliothèque de l'Académie.

Christophe Bourachot a souhaité faire connaître cette personnalité, qui pendant plusieurs années, a cotoyé l'Empereur. Il a compulsé les archives, ainsi il a pu commenter, annoter, ce document. De très nombreuses notes mettent en lumière ce témoignage. Cette édition est la première édition intégrale, complétée par le manuscrit de Guillaume Peyrusse se trouvant à la Bibliothèque municipale de Carcassonne.

24/11/2011

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Au centre, il est une mémoire, Maquens, d'Henri Laleman.

Après avoir lu "Les Vignerons du crépuscule", Jacques Blanco, secrétaire de l'association des Amis de la Ville et de la Cité, eut le sentiment d'une richesse humaine totalement occultée par l'anonymat dans lequel sont tenus les hameaux. Jacques me demanda d'organiser la visite de notre communauté. Au début, ce fut le désarroi : nous sommes là depuis trois cents ans et n'avons laissé aucune trace. Avons-nous réellement vécu ? Peu à peu, les historiens aidant, s'opéra une prise de conscience de la fonction créatrice de la mémoire. Comment échapper au sentiment de ne pas être du pays où nous sommes nés ? Ce modeste récit, par le jeu des figures pittoresques de la vie locale, tente de restaurer nos racines immémoriales. Elles sont un point d'appui central à l'heure où certains penseurs rêvent de démondialisation.
L'auteur de ces lignes fut professeur au lycée Charlemagne au pied des remparts de Carcassonne. Après quelques essais poétiques du temps où il était étudiant, au bout de trente ans il recouvra la disponibilité qui lui permit de renouer avec son rêve d'écrire. Cet ouvrage est le sixième d'une série qui n'en finit pas de s'interroger sur terroir et universalité.

Au centre une mémoire.jpg
Au centre, il est une mémoire - Maquens - d'Henri Laleman.
Disponible chez l'auteur : hameau de Maquens - Chemin de Tourlouby  Carcassonne.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie.

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Les Vignerons du crépuscule, d'Henri Laleman.

J'ai toujours considéré comme injuste le sort fait à nos vignerons. Ecrire un livre, c'est planter une vigne. Je n'aime pas le romanesque. Peut-on se contenter de faire rêver ? Divertir, étymologiquement, signifie détourner. Je ne me détourne pas des problèmes, je les pose. La lecture est nourriture pour moi. Notre terroir et ses produits sont-ils si méprisables ! 1907, 1976, 2007, le plus grand vignoble du monde n'en finit pas de mourir. On encourage le vignerons à des rendements pléthoriques qui feront longtemps le bonheur du négoce par le biais des coupages. Notre terre chargée d'histoire mérite un autre sort par la conscience même qu'elle secrète. Avec la fin de la vigne se pose une fois de plus la question qui nous hante depuis des siècles : comment échapper à la malédiction des terres gastes ?
L'auteur de ces lignes est né d'un père vignerons, dans un modeste hameau de la banlieue carcassonnaise. Il trouva sa vocation d'enseignant dans une vigne, descaussel en mains et les mains en sang. Après avoir enseigné le français pendant plus de trente ans au lycée agricole, au pied des remparts, il découvrit la disponibilité qui lui permit de renouer avec son rêve d'écrire. Avec les Vignerons du crépuscule, son goût du verbe tente de servir la terre ancestrale.

Vignerons du Crépuscule.jpg
Les Vignerons du crépuscule, d'Henri Laleman.
Disponible chez l'auteur : hameau de Maquens - Chemin de Tourlouby   Carcassonne.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie.

08/11/2011

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : Les Fruits de la Terre, de Jean Esparbié.

La Grande Guerre dévastait tout. A L'Emboyer - une ferme située à Aguts dans le Tarn - en cette soirée du premier jour du mois de mai 1915, l'accoucheuse délivra Antoinette Lautrec du cinquième enfant : un garçon. Les siens le prénommèrent Armand Alfred. Dans Les Fruits de la Terre, Jean Esparbié relate son existence, d'une exploitation à l'autre. A la ronde des saisons, Armand se forma aux métiers des paysans. Au cours des apprentissages, sa dextérité surprit les maîtres. Elle excita l'admiration des connaisseurs, partout durant des années de labeur jusqu'au dernier domaine sur le sol audois, à la Fontasse près de Bram. Armand fit aussi le bonheur de Maria - une Fabréguoise - rencontrée à Montpellier tandis qu'il portait l'uniforme à quelque temps de la lutte contre l'oppression nazie. Il endura bien des souffrances, ne dérogea jamais aux corvées, ne refusa aucune responsabilité, défendit des convictions humaines exemplaires et sociales, profita de joies familiales... Il se conduisit simplement, vaillamment, sema sans cesse des graines de vérité pure dans le terreau de la noblesse de l'amour.

Fruits de la Terre.jpg
Les Fruits de la Terre, de Jean Esparbié.
Disponible chez l'auteur : 1, rue Germinal - Montlegun - Carcassonne.
Consultable à la bibliothèque de l'Académie.

10/06/2011

Parution du tome 3 de l'ouvrage de Claude Seyte : Campanes en pays d'Aude.

Claude Seyte - T3.jpg

Notre collègue Claude Seyte, vient de faire éditer le troisième tome de son monumental ouvrage : Campanes en pays d'Aude. Ce sont maintenant les cloches des arrondissements de Limoux et de Narbonne qui entrent dans l'encyclopédie pour la postérité. Dans le premier tome, l'auteur avait évoqué l'art campanaire dans l'Aude et les carillons de l'Aude ; dans le deuxième tome, il avait passé en revue les cloches de l'arrondissement de Carcassonne ; le quatrième tome à paraître concernera les fondeurs de cloches, leurs rapports avec notre département, leurs réalisations et leurs contrats. Il est possible de se procurer ces livres, dont la richesse documentaire est exceptionnelle, chez l'auteur, ou bien au siège de l'Académie, 89, rue de Verdun, le mercredi après-midi, jour de permanence, au prix de 50 € l'exemplaire.

30/09/2010

Parution des tomes 1 et 2 de l'ouvrage de Claude Seyte : Campanes en pays d'Aude.

Campagnes en pays d'Aude - T1.jpg  Campagnes en pays d'Aude - T2.jpg