Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/04/2015

SOUTIEN AU COMITE DES TRAVAUX HISTORIQUES ET SCIENTIFIQUES, FONDE EN 1834.

CTHS.jpgAppel au soutien.jpg
https://www.change.org/p/ministre-de-l-%C3%A9ducation-nationale-soutenez-le-cths
CTHS.jpg

05/03/2015

Réactions à la suite de la destruction des oeuvres au musée de Mossoul (Irak).

Logo rond Académie.jpg

Musée du Louvre.jpg

Communiqué de Presse

L'Académie des arts et des sciences de Carcassonne et le musée du Louvre expriment leur plus vive indignation après la vidéo diffusée le 26 février 2015 et condamnent avec la plus grande fermeté la destruction des oeuvres du musée de Mossoul dans le nord de l'Irak.
Après la tragédie vécue par les populations de la région, ces destructions constituent une nouvelle étape dans la violence et l'horreur car c'est toute la mémoire de l'humanité qui est ainsi prise pour cible, dans cette région qui fut le berceau de la civilisation, de l'écriture et de l'histoire.
Ces collections, ces monuments et vestiges inestimables ont traversé les siècles pour témoigner de l'histoire des hommes. A travers ces actes barbares, on s'attaque à la raison d'être des musées, lieu de dialogue, de connaissance et de compréhension mutuelle.
L'Académie des arts et des sciences de Carcassonne et le musée du Louvre poursuivront leur action de préservation des collections, de transmission des savoirs ; il est de notre devoir de tout mettre en oeuvre pour les protéger et les transmettre aux générations futures.

Musée du Louvre - Logo.jpg

10/01/2015

Solidarité, hommage, défense de la démocratie et de la liberté d'expression.

Dimanche 11 janvier 2015,
à 15 heures,
une marche blanche républicaine sera organisée à Carcassonne. Le rassemblement débutera au Portail des Jacobins. Le défilé se rendra ensuite vers la Cité où une minute de silence sera observée sur le Prado.

Charlie.jpg

11/11/2014

Un lycéen sauve 130 ans d'archives par hasard !

Journal L'Indépendant :
Des documents du lycée impérial, - certains datant de 1884-,

ont été sauvés de la destruction
à Paul-Sabatier !Paul Sabatier - Destruction archives.jpg
Tout avait été jeté en vrac dans une benne au sein du lycée. D.R.

Il y avait une benne avec plein de documents, dans la cour du lycée. Je me suis approché et le premier papier que j'ai trouvé datait de 1891 !
Elève en première à Sabatier, Julien Llamas a sauvé de la destruction des centaines de documents s'étalant sur plus d'un siècle, de 1884 à 2007. 
Le proviseur, M. Mercadal, m'a autorisé à prendre des documents ainsi que des photos, poursuit Julien Llamas. Le tout n'est pas passé inaperçu sur internet, puisque l'élève gère la page facebook auparavant tenue par l'historien Martial Andrieu !
Tous les documents antérieurs aux années 60, - et à la construction du lycée Paul-Sabatier -, sont des archives du lycée impérial de Carcassonne qui était situé en haut de la rue de Verdun", explique Martial Andrieu. Révolté par ce désherbage sauvage des archives du lycée, qui s'est déroulé jeudi dernier, il énumère tout ce qui aurait pu disparaître : des listes d'élèves, de fonctionnaires, de professeurs, des fiches, des croquis de travaux des années 1880, mais aussi les services et émoluments du personnel pour 1947, et les provisions pour la cantine en période de guerreLe lendemain matin, deux hommes de l'administration ont pris les documents les plus anciens dans la benne, qui a ensuite été bâchée, raconte le lycéen.

Stockées 50 ans avant d'être jetées !

Martial Andrieu a appelé la directrice des Archives départementales. Elle a envoyé sur place ses agents, explique-t-il. Les archives du Lycée Impérial de Carcassonne sont évidemment les pièces les plus précieuses. L'historien Claude Marquié, faute d'archives pour réaliser une conférence, pensait qu'elles avaient été détruites lors du déménagement, précise Martial Andrieu. En fait, elles sont restées 50 ans au lycée Sabatier avant d'être jetées aux ordures ! Il me semble que les administrations ont l'obligation, passé un certain délai, de verser leurs papiers aux Archives départementales. Autre problème : des documents relativement récents, - et contenant de nombreux renseignements sur d'anciens élèves -, ont été exposés à la vue de tout le monde. Pas l'idéal pour protéger des données personnelles !

Journal L'Indépendant
Edition du mardi 11 novembre 2014
Guillaume Richard

Les archives de l'ancien Lycée Impérial de Carcassonne jetées aux ordures !

Musique et Patrimoine de Carcassonne
Martial Andrieu
http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/

académie des arts et des sciences de carcassonne,musique et patrimoine de carcassonne,martial andrieu,lycée paul sabatier

Comme nous vous l'annoncions vendredi, l'administration du lycée Paul Sabatier placée sous la responsabilité de Monsieur Mercadal — proviseur de l'établissement — avait jeté jeudi (6 novembre 2014) à la benne à ordures, un grand nombre d'archives et d'anciens manuels scolaires. Ce dépotoir de la mémoire collective se trouvait devant les bureaux du proviseur situés à l'entrée du lycée à la vue des futurs universitaires. Un beau symbole, en somme ! Sans la curiosité et la présence d'esprit de Julien Llamas — élève à Sabatier et excellent jeune citoyen Carcassonnais — cet événement serait passé aux oubliettes. Julien a d'abord demandé l'autorisation à M. Mercadal de pouvoir fouiller et prendre des photographies dans la benne. Ce qu'il fit. Ensuite, s'apercevant que les documents étaient constitués de listes d'appel, de fiches, de croquis de travaux datant pour les plus anciens de 1884, il entreprit d'en sauver le plus qu'il pourrait emporter chez lui  à pied. Aujourd'hui, ce sont autant de preuves visant à démontrer la faute de ces fonctionnaires de l'Éducation nationale.

benne.jpg

Alerté par l'élève qui avait posté la photo ci-dessus sur Facebook en expliquant le problème, je décidais de rendre public ce désherbage sauvage des archives du lycée. Jusqu'à présent, je m'en remettais aux dires de Julien quant à la qualité des archives vouées au pilon, considérant le fait comme grave. On imagine aisément l'effet produit sur la toile et les répercutions dans la ville. Aussi, le vendredi matin Julien vit deux hommes de l'administration descendre dans la benne pour, d'après lui, en extraire les documents les plus anciens sous les yeux d'un proviseur faisant l'étonné. La benne fut ensuite bâchée, ce qu'elle n'était pas la veille. Il semblerait que l'on ait pris conscience des conséquences, en tentant de réparer l'erreur. Enfin, il faut l'espérer ! 
Le vendredi à 14 heures, je décidais d'appeler la directrice des Archives départementales de l'Aude. Elle m'indiqua ne pas avoir été mise au courant de ce déserherbage par le proviseur du lycée. La procédure veut qu'en pareil cas, les archivistes procèdent au tri des documents en vue de leur conservation. La directrice m'assura alors qu'elle allait dépêcher sur place ses agents. À 16 heures, elle me confirma qu'ils s'y étaient rendus en me remerciant vivement pour ma démarche. Nous savons que l'on tentera par tous les moyens de minimiser les responsabilités en racontant qu'il n'y avait rien dans cette benne de bien important. Aussi, avons-nous rassemblé les preuves du contraire, grâce aux documents récupérés par Julien.

6.jpg

Il s'agit purement et simplement des archives du Lycée Impérial de Carcassonne qui fonctionna jusque dans les années 1960, avant la construction du lycée Paul Sabatier. Notons que l'historien Claude Marquié faute d'archives pour donner une conférence à la Société d'études scientifiques de l'Aude, pensait qu'elles avaient été détruites lors du déménagement. En fait, elles ont transité par le lycée Paul Sabatier qui les détenait depuis 50 ans, avant de les jeter aux ordures dernièrement. Il me semble que les administrations ont l'obligation, passé un certain délai, de verser leurs papiers aux Archives départementales.

lycée.jpg
L'ancien Lycée Impérial de Carcassonne, rue de Verdun.4.jpg
Une liste d'appel des élèves pour l'année 1891.14.jpg
Les réparations effectuées au lycée en 1902.37.jpg
Une liste des fonctionnaires du Lycée Impérial.33.jpg
Les professeurs des années 50-60, dont René Nelli.23.jpg
Les services et émoluments du personnel pour 1947,
mais également les provisions pour la cantine en période de guerre
et la comptabilité.
21.jpg
Un dossier du XIXe siècle.
16.jpg
Exposées au regard des élèves,
les fiches individuelles des anciens,
avec leurs nom, adresse, téléphone et filiation. Ici les années 1970 !
10.jpg
Là, l'année scolaire 2003-2004 !
Nous avons masqué les renseignements confidentiels,  mais ils ne l'étaient pas !
Certaines fiches contenaient même l'exclusion et le parcours disciplinaire !

Nous espérons que les Archives départementales auront pu récupérer l'ensemble de ces dossiers, car Julien n'en a sauvé que 5%. Sur mes conseils, il déposera aux Archives de l'Aude ce qu'il a pu extraire de la benne. L'administration du lycée n'admettra jamais sa faute ; au moins, donnera t-elle en secret ce qu'elle a récupéré à l'intérieur de la benne le vendredi matin... Je remercie beaucoup Julien Llamas et tous les historiens devraient en faire de même. Pour ma part, je désespère chaque jour de voir cette ville aux mains de gens si peu concernés par le patrimoine.

08/02/2013

Le cabinet du maire assure que les choses seront réglées dès lundi ! Nous dénoncions depuis un mois ! Mise au point et communiqué de presse.

Communiqué de Presse

2013.02.08

  

Monsieur le Directeur,

 

L’article « Étagère renversée » ou « Vandalisme », publié dans votre journal à la date du vendredi 8 février 2013 me semble dénaturé par rapport à l’entretien téléphonique que nous avons eu hier. Pour une meilleure objectivité, je vous prie de vouloir bien apporter les précisions suivantes : 

 

La dénonce d’une destruction de livres ou de bibliothèques, qu’elle soit volontaire ou non, n’a rien à voir avec une quelconque idéologie politique. Je n’appartiens pas au Conseil national de l’UMP et je ne suis pas inscrit sur la liste électorale de Carcassonne.
Par ailleurs, j’ai été réélu récemment à bulletins secrets avec une forte majorité, à la tête de la société savante que je représente, à diverses responsabilités, depuis treize ans. Dix-neuf personnalités du département forment le conseil d’administration mis en place par l’assemblée générale du 23 janvier 2013.

Je confirme n’avoir eu aucune réponse émanant du député-maire ou de l’adjoint en charge de la culture, alertés par mes soins depuis un mois.

Il nous appartient, de veiller à la conservation de notre patrimoine et notamment au respect de nos bibliothèques d’études, au-delà des couleurs politiques changeantes des municipalités.   

 

Gérard Jean

Président de l’Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

 

académie des arts et des sciences de carcassonne,communiqué de presse,atteinte à l'intégrité des bibliothèques,vendredi 8 février 2013

07/02/2013

Grain de sel révoltant et décourageant : les réserves de la bibliothèque de l’Académie des arts et des sciences de Carcassonne vandalisées par les services techniques municipaux.

Monsieur le Député-Maire
Mesdames et Messieurs les Adjoints en charge de la Culture, des Associations, du Patrimoine... abonnés absents !

Les réserves de la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne (et de la Société d'études scientifiques de l'Aude) ont été vandalisées le 7 janvier 2013. Un mois après, les élus restent encore inscrits sur la liste des "abonnés absents", certainement muets de stupéfaction.
Le constat est décourageant pour les bénévoles occupés à classer et à faire l'inventaire de livres et de documents de première valeur, depuis plusieurs années.
Les responsables des services techniques de la ville de Carcassonne, qui conduisent le chantier de réhabilitation d'immeuble de la place des Anciens combattants d'Afrique du Nord, se sont introduits à l'intérieur des locaux après démolition d'un mur extérieur au moyen d'un engin de chantier.
Il aurait été peut être plus simple et moins dévastateur, de réclamer les clefs et la présence des bibliothécaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne et de la Société d'études scientifiques de l'Aude ! Que voulez-vous ! L'instruction se donne à l'école, le respect des biens et des personnes s'apprend, mais seule l'intelligence est un don du ciel !

 Bibliothèque1.jpgBibliothèque2.jpgBibliothèque3.jpgBibliothèque4.jpgBibliothèque5.jpgacadémie des arts et des sciences de carcassonne,société d'études scientifiques de l'aude,atteinte à l'intégrité des bibliothèques.académie des arts et des sciences de carcassonne,société d'études scientifiques de l'aude,atteinte à l'intégrité des bibliothèques.

20/08/2011

Lettres à Madame Anne-Marie Charvet, préfet de l'Aude ; Jean-Claude Pérez, député-maire de Carcassonne ; André Viola, président du Conseil général de l'Aude ; présidents-nés de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

                                                                  Madame Anne-Marie Charvet

Préfet de l’Aude
Présidente-Née de l’Académie des arts et des sciences de Carcassonne                  

52, rue Jean Bringer

 

                                                                  11836   Carcassonne

 

                                                                  Tél. 04.68.10.29.44

 

                                                                  Carcassonne,  le 20 août 2011

 

Madame le Préfet,

Madame la Présidente,

 

La Bibliothèque municipale, fondée au XIXe siècle et richement alimentée dès l’origine, par la Société des arts et des sciences de Carcassonne, aujourd’hui dénommée Académie, a été régulièrement mise sous l’autorité de la Communauté d’agglomération du Carcassonnais, le premier janvier 2010, par transfert de gestion, dans les conditions légales prévues par le Code général des collectivités territoriales.

Cette Collectivité territoriale présidée par M. Alain Tarlier a donné son approbation pour la constitution d’un réseau de lecture publique sur son territoire et la construction d’une future médiathèque intercommunale.

Afin de préparer le transfert matériel des collections, de l’ancienne Bibliothèque municipale, vers la future Médiathèque de la Communauté d’agglomération du Carcassonnais, un « désherbage » (c’est le terme employé dans le jargon des bibliothécaires) a été prévu.

Ce « désherbage » lorsqu’il a lieu, doit s’effectuer dans des conditions légales strictes, encadrées et contrôlées par les services habilités de l’état ; en particulier l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, l’Inspection générale des bibliothèques, et bien entendu le ministère de la Culture et de la Communication.

Il faut savoir en effet, que l’état conserve un contrôle technique sur les collections plus que centenaires, quand bien même celles-ci seraient propriété de la commune.

C’est dans ce sens, que j’interviens en premier lieu auprès de votre haute autorité.

Le mardi 16 août 2011, une benne, du type de celles qui sont utilisées pour l’évacuation des matériaux de construction a été placée sur le trottoir, rue de Verdun, à l’entrée de l’ancienne Bibliothèque municipale.

Une quantité très importante d’ouvrages y a été jetée, vouée à la décharge publique, mais récupérée tout au long de la matinée par des personnes bien intentionnées que nous avons remerciées pour leur esprit civique.

Les journaux l’Indépendant, la Dépêche du Midi, le Midi Libre, ont relaté en premières pages de leurs éditions, l’événement bientôt repris par les médias nationaux, ayant émotionné l’ensemble de la sphère culturelle du département de l’Aude.

J’ai rapidement adressé un courrier recommandé à M. Alain Tarlier, président de la Communauté d’agglomération du Carcassonnais, dont vous avez reçu la copie.

Une polémique a été déclenchée, sans importance, car nous ne connaîtrons jamais l’état sanitaire réel des ouvrages détruits, leur valeur patrimoniale, la destination finale des legs et dons.

En vos doubles qualités, de représentante de l’état et en vertu du décret ministériel qui vous a fait Présidente-Née de l’Académie des arts et des sciences de Carcassonne, je vous demande obligeamment de vouloir bien faire diligenter une enquête visant à éclaircir les points suivants :

1° - La délibération n° 7, du procès-verbal de la séance du 23 juin 2010 du Conseil de la Communauté d’agglomération du Carcassonnais porte en son article 3 :

« Il est demandé aux membres du Conseil :

- D’autoriser la direction du réseau de lecture publique, en la personne des conservateurs, à effectuer des dons, prélevés dans les collections courantes, auprès de collectivités ciblées.

- D’adopter le principe de l’organisation, sous forme d’animation, d’une vente de livres en direction du grand public, et d’autoriser Monsieur le Président à mettre le moment venu les moyens nécessaires au bon fonctionnement de cette manifestation, dont l’ouverture d’une régie ».

Aucun article de cette délibération ne prévoit la « purge » illégale (tampon de rebus non apposé, couvertures non déchirées, inventaire non établi), ni les conditions provocatrices dans lesquelles elle s’est déroulée provoquant l’indignation générale.

Nous souhaiterions être rapidement informés sur les raisons qui ont conduit à ne pas respecter la décision des Conseillers communautaires, notamment l’ouverture d’une régie, pourtant adoptée à l’unanimité.

2° - Le tableau des effectifs, prévus et pourvus, fait état d’un Conservateur territorial en Chef des Bibliothèques et d’un Conservateur territorial des Bibliothèques de 2e classe. Ce sont ces deux cadres supérieurs de la fonction publique qui auraient dû être chargés de l’exécution de la délibération sus dite.

Il apparaît au contraire que ce personnel ne fait plus partie depuis longtemps de l’effectif.

Dans ces conditions, l’exécution a été confiée à Monsieur Emmanuel Pidoux, présenté comme directeur du centre de lecture publique, chef de projet du réseau des médiathèques de l’agglomération, mais également comme conservateur.

Le titre de conservateur de bibliothèques de la fonction publique d’état ou territoriale, relève soit d’un parcours académique antérieur, École nationale des chartes, formation universitaire ; soit d’un concours organisé par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, qui place les lauréats au sommet de la filière culturelle des fonctions publiques.

Il ne semble pas que Monsieur Emmanuel Pidoux puisse réunir les qualités nécessaires aptes à mener à bien dans les conditions réglementaires, les hautes responsabilités qui lui ont été confiées, même s’il est l’auteur respectable d’un « état des lieux des musiques actuelles dans l’Aude » récemment rédigé, lorsqu’il était chargé de mission au sein de l’Association départementale pour le développement de la musique et de la danse (addmd11).

En second point, nous souhaiterions savoir par le canal de votre haute autorité, dans quelles conditions, Monsieur Emmanuel Pidoux, qui ne paraît avoir aucune compétence universitaire ou professionnelle particulière, peut être amené à gérer, si nous n’intervenons pas, entre 40.000 et 60.000 ouvrages appartenant à la future Médiatèque de la Communauté d’agglomération et aux bibliothèques des communes y rattachées.

D’autre part, pour l’état de fait irréversible qui nous préoccupe au plus haut point, nous ne pouvons imaginer qu’une éradication de grande ampleur ait été ordonnée sur les fonds patrimoniaux de l’ancienne Bibliothèque municipale de Carcassonne, sans conservation de liste, sans recensement, ni procès-verbaux de destruction.

Pour cette troisième objection, nous souhaiterions que soit mis rapidement à notre disposition l’inventaire nominatif, quantitatif et qualitatif, du « désherbage », pratiqué depuis plusieurs mois de façon anarchique et sauvage nous rapporte-t-on.

À seule fin de rapprocher cet état, de celui des legs qui avaient été consentis par l’état et la Société des arts et des sciences de Carcassonne à la Bibliothèque municipale de cette Ville.     

Si malheureusement la Bibliothèque de Carcasssonne n’était pas classée par l’état, elle se caractérisait néanmoins par l’exceptionnelle richesse de ses collections et le prestige de ses donateurs.

Nous vous demandons pour conclure, Madame le Préfet, Madame la Présidente-Née de l’Académie des arts et des sciences de Carcassonne, de mettre en place dans les meilleurs délais possibles une Commission d’usagers et d’érudits, chargée d’évaluer la situation et d’établir d’urgence l’inventaire du fonds ancien déplacé ou en cours de remembrement.

Je vous prie de croire à l’expression de ma très haute considération, et je vous assure de mes sentiments entièrement dévoués.

Le Président :
Gérard JEAN   

fonds patrimonial,ancienne bibliothèque municipale de carcassonne,médiathèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais,alain tarlier,anne marie charvet,préfet de l'aude,jean-claude pérez,andré violaLes collections et les dépôts de l'Etat, mis en partie à la décharge publique
sans inventaire préalable.  
fonds patrimonial,ancienne bibliothèque municipale de carcassonne,médiathèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais,alain tarlier,anne marie charvet,préfet de l'aude,jean-claude pérez,andré violaLes collections et les dépôts de la Société des arts et des sciences de Carcassonne, mis en partie à la décharge publique, sans inventaire ni consultation préalable de la Société encore en activité. 

fonds patrimonial,ancienne bibliothèque municipale de carcassonne,médiathèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais,alain tarlier,anne marie charvet,préfet de l'aude,jean-claude pérez,andré viola
La délibération n° 7, du 23 juin 2010, adoptée à l'unanimité par les Conseillers de la Communauté d'agglomération du Carcassonnais, non respectée le 16 août 2011 par le président Alain Tarlier et le directeur du réseau de lecture publique Emmanuel Pidoux. 

fonds patrimonial,ancienne bibliothèque municipale de carcassonne,médiathèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais,alain tarlier,anne marie charvet,préfet de l'aude,jean-claude pérez,andré viola
Document affiché seulement le 22 août 2011, soit sept jours après la provocation publique et le "bibliocauste" de l'ancienne bibliothèque municipale de Carcassonne.

fonds patrimonial,ancienne bibliothèque municipale de carcassonne,médiathèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais,alain tarlier,anne marie charvet,préfet de l'aude,jean-claude pérez,andré viola
Ce document faisant partie du fonds patrimonial de l'ancienne bibliothèque municipale de Carcassonne, méritait-il l'infamante benne de la décharge publique ?

fonds patrimonial,ancienne bibliothèque municipale de carcassonne,médiathèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais,alain tarlier,anne marie charvet,préfet de l'aude,jean-claude pérez,andré viola
C'est comme le comptage des manifestants effectué selon les forces de l'ordre ou selon les syndicats !

Deux cents brochures sales et contaminées selon Emmanuel Pidoux, directeur du réseau de lecture publique et Alain Tarlier, président de la Communauté d'agglomération du Carcassonnais ; 7 à 8.000 ouvrages en bon état de conservation, d'un réel intérêt, dont certains faisaient partie du fonds patrimonial de l'ancienne bibliothèque municipale de Carcassonne, selon Gérard Jean, président de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne. Pourquoi cette mauvaise foi devant un scandale et pourquoi cette insulte gratuite à la Culture ?

fonds patrimonial,ancienne bibliothèque municipale de carcassonne,médiathèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais,alain tarlier,anne marie charvet,préfet de l'aude,jean-claude pérez,andré viola

18/08/2011

Communiqué de presse de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

APPEL A DONATIONS

L'Académie des arts et des sciences de Carcassonne communique :

Le deuil est éteint. Essuyons nos larmes... et réparons ce qui peut l'être encore. Mardi dernier, un acte grave irréversible a été commis. Il n'a été fait aucun inventaire, aucun procès-verbal de destruction des milliers de livres ayant appartenu au fonds patrimonial de l'ancienne Bibliothèque municipale, déversés dans une benne de décharge publique. Le responsable n'est pas pour le moment connu avec certitude, ce qui peut paraître paradoxal, mais là n'est pas l'essentiel. Ce que l'on sait en revanche de manière absolue, c'est qu'il y a eu quelque part mensonge : sur les quantités détruites, sur l'ancienneté, sur l'intérêt historique, scientifique ou littéraire, sur l'état sanitaire des ouvrages détruits.

Le mal est fait et nous allons nous employer à ce qu'un tel acte de vandalisme ne puisse se reproduire.

Nous proposons aujourd'hui aux nombreuses personnes ayant eu la clairvoyance, l'intelligence ou la présence d'esprit civique, de nous contacter, si elles pensent avoir sauvé des documents d'un intérêt particulier. Elles pourront conserver leur bien après authentification. L'identité sera préservée.

Les bienfaiteurs qui voudront prendre conseil ou abandonner les ouvrages les plus précieux au profit de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, pourront le faire. Il leur sera décerné un diplôme de reconnaissance.

Contacts : Académie des arts et des sciences de Carcassonne, 89, rue de Verdun - 11000 - Carcassonne. La permanence interrompue durant l'été, sera ouverte exceptionnellement à compter du mercredi 24 août, de 14 heures à 18 heures.
E. mail : academie.carcassonne@wanadoo.fr
Internet : http://academiedesartsetdessciencesdecarcassonne.blogs.mi...
Téléphone : 06.62.39.70.22
E. mail Président : Gerard.Jean@wanadoo.fr

_________________________________________

Les messages de soutien qui nous parviennent en masse de France et de l'Etranger, peuvent être consultés sur le blog de l'Académie, rubrique : Commentaires.