Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/02/2016

Eugène Viollet-le-Duc, regards croisés, sous la direction de Jean-Pierre Piniès.

EUGENE VIOLLET-LE-DUC
Regards croisés
Actes du Colloque de Carcassonne
5 et 6 juin 2014
Garae Esiode
Sous la direction de Jean-Pierre Piniès
Format 21 x 21, 228 pages, 2015, 20 €Viollet-le-Duc1.jpgViollet-le-Duc2.jpg
Ouvrage en vente :
Garae, 53, rue de Verdun à Carcassonne
Consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

10/09/2015

Henri Callat et Claude Caro, sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, ont animé le vingt-septième colloque interdisciplinaire de Carcassonne.

Temps des fraternités.jpg
Ouvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Au commencement était le Verbe... toulousain !
llya Prigogine, nouveau Prix Nobel, venait de cosigner, avec Isabelle Stengers, un ouvrage intitulé "La Nouvelle Alliance", sous-titré "Métamorphose de la science".
Notre aventure débutait : celle d'un groupe de professeurs de toutes disciplines ouvert à un public curieux de cette nouvelle alliance entre tous les savoirs annoncée dans l'ouvrage de Prigogine.
Aurions-nous déjà abordé, sans encore tout à fait le comprendre, les temps de la "reliance" et des fraternités ?
Cette première étape de notre existence fut celle de merveilleuses rencontres symbolisées notamment par les noms d'Edgar Morin et d'Albert Jacquard relayés par leurs interprètes du moment, Maurice Pasdeloup, Jacques Dousset et Roger Cavaillès notamment, les deux premiers ayant hélas ! aujourd'hui disparu.
Mais très vite nous avons compris que l'Université de Toulouse-le-Mirail constituait un espace trop étroit pour faire écho à l'enthousiasme suscité par des idées pour nous si nouvelles.
Et c'est Carcassonne qui, pour l'essentiel, hérita de la suite.
Vingt sept Colloques ponctuèrent, à travers les thèmes les plus divers, notre cheminement vers les nouveaux horizons intellectuels ouverts, un quart de siècle plus tôt, par l'ouvrage de Prigogine.
Dans cette pespective nous avons pu bénéficier de l'appui moral et financier d'une association culturelle locale, l'Adreuc. Il faut mentionner également tout l'intérêt porté à nos travaux par le Conseil général de l'Aude.
Collective fut notre initiative de départ, collective demeure la suite de notre aventure ; et tous ceux qui, localement, participent, avec un admirable dévouement, à l'organisation et aux succès de nos Colloques, se retrouveront bien sûr dans ce qualificatif. Ainsi chacun d'entre nous pourrait faire sienne cette remarque de Wittgenstein : "Je crois que je n'ai jamais inventé un chemin de pensée, mais qu'il m'a toujours été donné par quelqu'un d'autre... Ce que j'invente, ce sont de nouvelles comparaisons."

Henri Callat. 

 

24/04/2014

Info Culture : Colloque de Carcassonne, Eugène Viollet-le-Duc, regards croisés, les 5 et 6 juin 2014.

Viollet-le-Duc1.jpgViollet-le-Duc2.jpgViollet-le-Duc3.jpg

Idole ou démon ? En deux siècles la figure de Viollet-le-Duc aura connu toutes les variations de l’humeur, de ses pairs, des autorités, de ceux qui vécurent ou vivent encore auprès ou à l’intérieur d’édifices qu’il restaura ou, plus rarement, qu’il construisit. Louanges et polémiques ont été aussi immédiates pour lui et son oeuvre que l’admiration ou la colère haineuse qu’elle a suscitées : il connut très tôt aussi bien dénonciations virulentes qu’honneurs dignes de triomphe antiques. Et sa disparition ne mit pas fin à ces déchirements ou à ces enthousiasmes, bien au contraire, les contempteurs d’hier se faisant parfois les laudateurs d’aujourd’hui, l’inverse se révélant aussi vrai. Encore que le climat passionnel entourant le grand architecte se soit en bonne part apaisé aujourd’hui il n’en demeure pas moins que subsistent, comme une ombre portée, une certaine exaspération, voire quelquefois des jugements méprisants, dès lors que sont évoqués son parcours et les réalisations qui l’émaillent. S’il lui est beaucoup pardonné, revient comme un topique, accompagné de critiques très attendues et académiques, son ambition de restaurateur et les dommages qu’elle aurait fait subir à nombre de monuments défigurés à jamais. Il serait vain et inopportun, au moment d’une réflexion et d’échanges générés par la volonté commémorative, d’ignorer la persistance de cette distance, mais, plutôt que de s’en faire un complice aveugle il nous semble qu’il serait bon d’en interroger les raisons et les formes, différentes selon nous, qu’elles proviennent du monde savant ou des communautés qui ont accueilli les grand travaux de Viollet-le-Duc. Le rétrécissement ordinaire de ce champ, à côté de travaux d’une importance capitale, a eu parfois pour effet de laisser dans l’ombre ou de faire considérer comme secondaires plusieurs facettes de l’œuvre dont la richesse est incontestable. Dès lors comment interroger aujourd’hui ce Protée ? Comment parcourir un cheminement qui fut aussi fertile ? Comment rendre compte de cette diversité en échappant à une hiérarchisation un peu stérilisante ? En réponse à de telles questions il nous a semblé opportun de proposer une confrontation des approches, de porter sur le personnage et ses réalisations des regards croisés, se faisant écho et participant à l’élaboration d’une sorte de mosaïque destinée à faire mesurer l’importance et la richesse du savoir et des pratiques de Viollet-le-Duc.