Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/04/2015

REMISE DU PRIX DES ARTS ET SCIENCES JOSEPH POUX 2014, AU CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'AUDE.

 2015.04.21 - Prix Joseph Poux.jpg
Les lauréats et les nouveaux conseillers départementaux réunis
pour la remise du Prix des Arts et Sciences Joseph Poux 2014.
Photographie : Gérard Jean

Prix des Arts et Sciences Joseph Poux
Année 2014

Jean-Louis Escudier
Premier Prix - 2500 €

Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Thèse de doctorat en Histoire

"Contribution à l'Histoire des rapports économiques de genre.
Application à la viticulture française (1850-2010)".

Escudier Jean-Louis1.jpg
Jean-Louis Escudier - 1er prix des Arts et Sciences Joseph Poux
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
Photographie : Gérard Jean

L'histoire des femmes est un domaine de recherches relativement récent, qui ne s'est véritablement imposé que dans les années 1970. La thèse que Monsieur Jean-Louis Escudier consacre à l'histoire des rapports économiques de genre (dans le domaine de la viticulture) est un travail scientifique en tout point remarquable et contribue largement à renouveler l'approche que nous pouvons avoir du travail féminin et du statut social et économique de la femme dans le milieu agricole.
S'appuyant sur des sources documentaires de diverses natures (comptabilités d'exploitation viticoles ; archives judiciaires, administratives et syndicales ; publications professionnelles ; témoignages de viticultrices, etc.), M. Escudier s'est efforcé de croiser l'évolution du rapport salarial avec les transformations des rapports économiques de genre. Dans un premier temps (de 1850 à 1914), on assiste à la construction historique de la partition sexuée des tâches viticoles, de l'emploi intermittent et de la rémunération des ouvrières viticoles au demi-salaire des ouvriers. Entre 1914 et 1945, l'instauration d'un enseignement ménager, loin d'être un facteur de formation professionnelle, conduit au repli des femmes sur la sphère domestique ; quant à leur salaire, il reste toujours inférieur de 50 % à celui des hommes. Depuis 1945, la nouvelle norme salariale (salaire féminin à 80 % du salaire masculin), la généralisation des conventions collectives agricoles, l'accès plein et entier des jeunes filles à l'enseignement technique modifient peu à peu la donne. L'évolution du statut de la viticultrice s'inscrit inévitablement dans l'évolution du corps social.
En conférant ce prix à Monsieur Jean-Louis Escudier, le Conseil départemental de l'Aude récompense un ouvrage de grande qualité qui nous permet d'appréhender l'histoire de la viticulture sous un éclairage nouveau mais ouvre également des perspectives bien plus larges, nous invitant à aborder l'étude de notre société sous l'angle des rapports de genre. Souhaitons qu'une publication rapide permette au plus grand nombre d'avoir accès à cette étude.

 Lucas Fabre
Deuxième Prix (ex aequo) - 500 €
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Master 2 d'études médiévales
"L'entourage des vicomtes Trencavel au XXe siècle".

 Fabre Lucas.jpg
Lucas Fabre - 2e prix ex-aequo des Arts et Sciences Joseph Poux
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
Photographie : Gérard Jean

Les vicomtes Trencavel sont assurément l'un des lignages les plus importants du Midi de la France aux XIe-XIIe siècles. Maîtres des six vicomtés d'Albi, Nïmes, Béziers, Agde, Carcassonne et Razès, ils sont des acteurs majeurs de la politique méridionale jusqu'à la croisade albigeoise qui voit leur chute en 1209. Par l'intermédiaire de leurs vassaux, ils contrôlent un vaste réseau de castra (châteaux), disposant ainsi de pouvoirs étendus (fidélités, services féodaux, justices, etc.). C'est à l'étude de ce réseau que M. Fabre a consacré son mémoire de master 2, choisissant d'analyser les différentes composantes de l'entourage des vicomtes.
Ce mémoire, d'une incontestable qualité scientifique, mérite pleinement le deuxième prix ex-aequo qui lui est décerné aujourd'hui. A partir de l'édition qu'Hélène Débax a faite du cartulaire des Trencavel et de ses 585 actes, auxquels se sont rajoutés 430 actes provenant de différents cartulaires dont les vicomtes sont les commanditaires, M. Fabre a fait l'étude prosopographique de l'entourage des vicomtes, constituant une base de données aisément exploitable.
Le travail de recherche intelligemment mené par Monsieur Lucas Fabre nous permet désormais de mieux connaître la composition de ce réseau méridional, constitué surtout de membres de la petite et moyenne aristocratie et caractérisée par l'absence d'ecclésiastiques en son sein. Il était légitime que le Conseil départemental récompense ce mémoire et on ne peut que se réjouir de ce que de jeunes chercheurs fassent progresser, par leurs travaux universitaires, notre connaissance des pays d'Aude.

 Julie Grassin-Delyle
Deuxième Prix (ex aequo) - 500 €
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Master 2 d'histoire de l'art
"Donner corps aux dévotions.
Le patrimoine sculpté des églises de Limoux
aux XVIIe et XVIIIe siècles.
 

Grassin-Delyle Julie - La Dépêche.jpg
 - 2e prix ex-aequo des Arts et Sciences Joseph Poux
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.
Photographie : La Dépêche du Midi

 Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les églises de Limoux connaissent un renouveau architectural et ornemental : elles se dotent alors de superbes retables baroques qui sont l'objet de l'étude de Madame Grassin-Delyle récompensée aujourd'hui par le Conseil départemental.
Reposant sur une importante recherche documentaire et une analyse détaillée de ce patrimoine sculpé (depuis le commanditaire de l'oeuvre jusqu'à l'identification des artistes sollicités), le mémoire de master 2 présenté par Madame Grassin-Delyle est un travail d'une grande qualité scientifique, qui s'intéresse tout autant aux circonstances historiques qui sont à l'origine de ces retables qu'aux pratiques artistiques dont ces oeuvres témoignent.
Réalisés pour la plupart après le concile de Trente (1545-1563) dans un contexte religieux marqué par la réforme de l'Eglise catholique, les retables ont été conçus pour répondre à de nouvelles nécessités liturgiques et éduquer les fidèles. Qu'il s'agisse de donner à voir le corps des saints afin de favoriser la prière et les dévotions ou d'utiliser des matériaux nobles (marbre, ors et dorures) en rapport avec la splendeur et la magnificence divines, tout est mis en oeuvre pour glorifier la parole de Dieu et provoquer chez le fidèle l'émotion et le saisissement.
En conférant à Madame Grassin-Delyle le deuxième prix ex-aequo, le Conseil départemental distingue une étude d'un réel mérite qui ne se contente pas de dresser un catalogue raisonné des retables limouxins mais a su mettre en évidence l'originalité et la qualité de la production artistique de ces paroisses rurales, malheureusement trop souvent méconnue.

Françoise Merle d'Aubigné
Master 2 d'études médiévales
"La vie quotidienne dans le bourg monastique
de Lagrasse (Aude), au travers des registres du notaire
Nicolas Calidis (1391-1411)". 

Paulette Barbe
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Master 1 - Géographie et Aménagement
"Vulnérabilité du territoire face au risque inondation
et incidences financières de la crue du Tourrenc
Luc-sur-Orbieu, 22 octobre 2012".

 Lloze Jean-Noël.jpg
Jean-Noël Lloze - Conseiller départemental
Vice-président de la Commission Epanouissement et Qualité de Vie
Délégué à la Culture.

06/02/2015

Trois sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, se distinguent au Prix des Arts et Sciences Joseph Poux 2014 : Jean-Louis Escudier, obtient le Premier Prix ; Lucas Fabre et Julie Grassin-Delyle, le Deuxième Prix (ex aequo).

Prix des Arts et Sciences Joseph Poux
Année 2014

Jean-Louis Escudier
Premier Prix - 2500 €

Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Thèse de doctorat en Histoire

"Contribution à l'Histoire des rapports économiques de genre.
Application à la viticulture française (1850-2010)".

Lucas Fabre
Deuxième Prix (ex aequo) - 500 €
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Master 2 d'études médiévales
"L'entourage des vicomtes Trencavel au XXe siècle".

Julie Grassin-Delyle
Deuxième Prix (ex aequo) - 500 €
Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne
Master 2 d'histoire de l'art
"Donner corps aux dévotions.
Le patrimoine sculpté des églises de Limoux
aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Françoise Merle d'Aubigné
Master 2 d'études médiévales
"La vie quotidienne dans le bourg monastique
de Lagrasse (Aude), au travers des registres du notaire
Nicolas Calidis (1391-1411)". 

Paulette Barbe
Master 1 - Géographie et Aménagement
"Vulnérabilité du territoire face au risque inondation
et incidences financières de la crue du Tourrenc
Luc-sur-Orbieu, 22 octobre 2012".

académie des arts et des sciences de carcassonne,prix des arts et sciences joseph poux,2014,jean-louis escudier,lucas fabre,julie grassin-delyle,françoise merle-d'aubigné,paulette barbe.
Julie Grassin-Delyle - Photographie : La Dépêche du Midi.

14/11/2012

Huit nouveaux sociétaires, admis au sein de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Au cours de la séance mensuelle du mercredi 14 novembre 2012, ont été reçus sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne : 

Monsieur Albert Rieux, directeur de la Poste, retraité, ancien sociétaire de l’Académie des arts et des sciences, domicilié à Carcassonne.

Madame Marie-Françoise Carles, enseignante, professeur de Lettres classiques, fille de notre estimé et regretté collègue Jean Carles, domiciliée à Carcassonne.

Mademoiselle Julie Grassin-Delyle, étudiante en Master II : Histoire de l’Art et Patrimoine, chercheur à l’université du Mirail à Toulouse, auteur du mémoire : l’art baroque dans les églises limouxines et les villages alentours, en résidence à Beauzelle, dans la Haute-Garonne.

Monsieur Gérard Hardy, militaire retraité, gestionnaire de patrimoines, membre du Comité économique et social de l’Aude, membre du Comité départemental de l’Aude de l’éducation nationale, domicilié à Palaja. 

Monsieur Michel Planchons, ingénieur en propriété intellectuelle et industrielle, retraité, domicilié à Carcassonne.

Madame Frédérique Planchons, enseignante, retraitée de l’Éducation nationale, domiciliée à Carcassonne.

Monsieur Jean-Luc Roux, inspecteur des Finances publiques, conseiller municipal et conseiller communautaire, ancien président de l’association des Amis de l’abbaye de Saint-Hilaire, domicilié à Carcassonne.

Monsieur l’abbé Gilles Séménou, prêtre, enseignant au séminaire de Toulouse, auteur du remarquable ouvrage : Monsieur d’Alet, Nicolas Pavillon (1597-1677) - Un évêque janséniste en pays cathare, domicilié à Limoux.

P1110052-2.jpg
Mademoiselle Julie Grassin-Delyle.

18/10/2012

Info Culture : Mademoiselle Julie Grassin-Delyle, sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, en conférence à Limoux.

Sesa.jpgDans le cadre d'une séance décentralisée organisée à Limoux sur le thème : "A la découverte du patrimoine limouxin et du quartier de la Petite-Ville", la Société d'études scientifiques de l'Aude propose le programme suivant, libre et ouvert à tous :

Samedi 20 octobre 2012

10 h. - 12 h. Rendez-vous à l'entrée du Musée du Piano, église Saint-Jacques, place du 22 Septembre, quartier de la Petite-Ville, pour une visite commentée de l'église Saint-Jacques de Limoux, ancienne église du couvent des Dominicains, de la ville et du patrimoine alentour dans le quartier de la Petite-Ville par M. Charles Peytavie.
14 h. 30 - 16 h. Salle Louis Costes, rue Blanquerie. Conférences consacrées au patrimoine du Limouxin.
14 h. 30 - 15 h. "Un trésor archéologique audois méconnu, déposé au Musée d'Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye : le support de table en marbre représentant le dieu Attis de la Lagaste", par M. Guy Rancoule.
15 h. - 16 h. "D'or, de bois et d'écrits" : "les décors sculptés de Notre-Dame de Marceille à Limoux", par Mademoiselle Julie Grassin-Delyle.
16 h. - 17 h. Visite commentée par M. Charles Peytavie, de l'église de Notre-Dame de l'Assomption. Evocation du culte consacré à la Vierge de Notre-Dame du Rosaire et ses ex-votos ; présentation de la fresque réalisée par Nicolaï Greschny (1912-1985).