Carcassonne11
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/04/2012

Les sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient : De la cocagne au blé, pouvoir et espace autour de Castelnaudary, par Roger Maguer.

Ce livre est consacré au Lauragais pour une période allant des guerres de Religion à la Révolution autour de Castelnaudary. Le rôle stratégique de cette ville difficile à défendre est apparu lors de la croisade contre les albigeois. Les guerres de Religion y ont connu une grande intensité, les Protestants rayonnaient à partir de leurs positions fortes de Revel et du Mas-Saintes-Puelles. Leur expansion s'accompagna d'un important bouleversement social qui fixera pour longtemps les rapports de force entre les grandes familles. Bastion avancé du Toulousain vers l'est, le Lauragais sera une terre privilégiée pour la culture du pastel. L'une de ses figures emblématiques, Jean de Bernuy, entrepreneur et financier hors pair, capable de proposer son aide pour payer la rançon de François 1er prisonnier de Charles Quint après la défaite de Pavie, met en avant comme premier de ses titres celui de baron de Villeneuve-la-Comptal. La Cocagne triomphe. La prospérité de ce qui était considéré comme une bonne terre céréalière sera renforcée par la mise en service du canal du Midi. La Révolution balaiera Louis XVI, la République émergera, Napoléon passera, la monarchie constitutionnelle s'imposera pour un temps... mais toujours quelques puissantes familles bien assises assureront leur pouvoir sur un espace maîtrisé : le blé a engendré la rente. Moulins à eau, moulins à vent, moulins pasteliers, reprennent vie dans ces pages. Voilà évoqués les femmes et les hommes d'autrefois à travers leur situation sociale, leurs métiers, l'urbanisation, l'organisation du monde rural et urbain, dans un livre très référencé utile aux chercheurs, où un public plus large aura plaisir à retrouver le passé des siens.

Cocagne.jpg
Ouvrage consultable à la bibliothèque de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

Roger Maguer était agrégé de Géographie, docteur en Histoire. Il avait enseigné pendant trente ans au lycée Jean Durand à Castelnaudary. Installé en Lauragais depuis 1965, il avait consacré plusieurs années à en étudier l'évolution du XVIe siècle au XIXe siècle. L'ouvrage présenté avait constitué sa thèse de doctorat. Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, il est récemment décédé.

19/08/2011

Francis Falcou, rend hommage à Roger Maguer, membre éminent de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.

La disparition de Roger Maguer, le 9 juillet dernier, est celle d'une éminente figure Universitaire qui a profondément marqué la recherche historique sur le Lauragais, pendant toute sa carrière au Lycée Jean Durand de Castelnaudary.
Natif des Côtes-d'Armor, il fut nommé, en 1965, professeur Certifié d'histoire et géographie à Castelnaudary, après son brillant succès au concours national du CAPES.
Il allait y connaître et épouser une collègue de sciences naturelles, Arlette Soler, qui partagera tous ses travaux historiques.
Au Lycée Jean Durand, il donna la pleine mesure de sa rigueur pour la recherche, alliée à son attachement à son pays d'adoption ; il choisit d'ailleurs de se fixer à Villeneuve-la-Comptal qu'il servit avec passion : son travail pour la conservation du moulin à vent et son utilisation pédagogique fut exemplaire.
Dès son installation, il adhéra à l'Association culturelle : Les Amis de Castelnaudary, y donnant des conférences, participant ensuite aux publications de l'Association, notamment dans les deux ouvrages : Castelnaudary, notre ville (1994) et Castelnaudary, pages d'histoire (2002).
Devenu Agrégé de géographie, il ne se contenta pas de ce titre et voulut terminer sa carrière en obtenant le plus haut grade Universitaire, celui de Docteur ès Lettres, mention Histoire.
Pour cela, il soutint une thèse, intitulée : "De la cocagne au blé" ; il me fit l'honneur de me convier à la soutenance, le 2 novembre 1999 ; trois heures durant lesquelles jury et auditeurs purent apprécier sa parfaite maîtrise du sujet pour la période allant des guerres de religion à la Révolution.
Encouragé par ce succès, il décida de la publier en 2003, au terme d'un marathon et de traquenards multiples, m'écrivait-il.
En 2004, il était admis à l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne où nous n'aurons pas eu la joie, hélas, de profiter de communications qu'il avait en réserve.
Les Amis de Castelnaudary ont perdu un membre éminent ; l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne, un de ses plus titrés ; le Lauragais, un de ses meilleurs chercheurs.

Francis Falcou,
Président de l'association des Amis de Castelnaudary et sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne.